Concours Reine Elisabeth: 75 ans, 78 candidats

Nicolas Blanmont Publié le - Mis à jour le

Musique / Festivals

Pour son septante-cinquième anniversaire, le Concours Reine Elisabeth revient au violon. C’est dans la nuit du 26 au 27 mai qu’on connaîtra le nom du successeur de Ray Chen mais, avant cela, il y aura trois semaines d’épreuves publiques et une de retraite à la Chapelle Reine Elisabeth. Départ dès ce lundi avec le premier tour qui, comme les demi-finales la semaine prochaine, sera organisé pour la première fois à Flagey, la salle du Conservatoire de Bruxelles n’offrant plus toutes les conditions requises pour les captations TV. Ils étaient 162 à avoir adressé un dossier de candidature, mais seuls 88 ont été retenus après visionnage des DVD par le jury restreint. Et finalement - il y a toujours quelques désistements -, ils seront septante-huit à se présenter devant le jury, à raison de sept l’après-midi et six le soir. Parmi eux, quatre Belges : Marc Bouchkov (mercredi 15 h), Claire Dassesse (lundi 20 h), Eugenia Ryabinina (samedi 20 h) et Jolente De Maeyer (mercredi 20 h), dont on saluera la persévérance puisqu’elle s’était déjà présentée en 2005 et en 2009. Les deux dernières citées sont d’ailleurs pensionnaires de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, tout comme d’autres candidats retenus pour cette session : l’Australienne Harriet Langley, la Française Maria Milstein, l’Américaine Esther Yoo ou la Bulgare Liya Petrova. Parmi les 78 inscrits, on recense comme d’habitude une majorité d’Asiatiques, parmi lesquels, la désormais coutumière dominance de Coréens (14), devant les Japonais (6) et les Chinois (3).

Il y aura également un beau contingent américain avec 11 candidats (dont quatre binationaux) venus des Etats-Unis, trois du Canada et un Argentin. Enfin, côté Europe, 10 violonistes concourront sous pavillon russe (dont quatre binationaux) ; outre les quatre Belges, on compte six Français, quatre Allemands, ainsi que des représentants d’Albanie, d’Arménie, d’Autriche, de Biélorussie, de Bulgarie, de Tchéquie, d’Estonie, de Finlande, de Grèce, du Kazakhstan, de Lettonie, des Pays-Bas, de Norvège ; de Roumanie, de Suisse, du Royaume-Uni et d’Ukraine. Le tout avec une égalité parfaite entre les sexes : 39 femmes et 39 hommes. Pour le premier tour, les candidats joueront une vingtaine de minutes : un caprice de Paganini (chacun a dû en préparer trois), un extrait d’une des trois sonates de Bach et, cette année, un mouvement du concerto de Schumann. Pour les demi-finales, chaque candidat vient avec deux programmes complets entre lesquels le jury fera un choix. Mais, là, ils ne seront déjà plus que vingt-quatre.

Rens. : www.cmireb.be (site revu et largement augmenté)

Publicité clickBoxBanner