Musique / Festivals

Le nom du compositeur était déjà connu depuis vendredi dernier : de nationalité japonaise, ne à Hiroshima en 1955, Toshio Hosokawa est une des grandes figures internationales de la vie musicale, il est aussi particulièrement proche du public belge pour avoir composé deux superbes opéras pour la Monnaie : "Hanjo", mis en scène par Anne Teresa De Keersmaeker, et "Matsukaze" mis en scène de Sascha Walz. "Sublimation" - présentée lundi après-midi à la presse- n'est pas sa première œuvre concertante pour violoncelle et orchestre : il composa un premier concerto en 1997, et un "Chant" en 2009. 

Lui-même en convint lors de la rencontre de presse : le violoncelle et la voix sont chez lui intimement liés. Quant à "Sublimation" - découverte avec le Brussels Philharmonic dirigé par Stéphane Denève et Geert De Bievre en soliste (suite au désistement de Marie Hallynck, souffrante, celui-ci apprit la partition au pied levé, en 24 h ! ) - elle présente les qualités de raffinement et de couleurs propres à son auteur, à la fois du côté de l'orchestre, très sollicité dans sa fonction de "nature" favorable et enveloppante, et du soliste, présent quasi de bout en bout dans un maximum de registres, avec, au coeur du processus, une évocation poétique du koto traditionnel. Une écoute à approfondir au cours de la semaine.