Musique / Festivals

Un premier tour marqué par le haut niveau des candidats et l'affluence du public. Le succès de la nouvelle discipline du Concours Reine Elisabeth ne fait pas de doute. Parmi les 24 demi-finalistes, les 17 hommes restent largement majoritaires.


Après le violon, le piano et le chant, l’arrivée du violoncelle au Concours Reine Elisabeth fut un défi pour tous, organisateurs, jury, candidats, public, médias. Aujourd’hui, cette nouvelle discipline se présente à la fois comme une évidence et une découverte.

Si, parmi les interprètes, le chanteur est évidemment le plus exposé, on observera que le violoncelliste l’est presque tout autant. Qu’il s’agisse de son visage, de ses expressions les plus intimes ou de son jeu, en particulier celui de la main gauche, frontal et largement déployé, le violoncelliste ne peut rien cacher, c’est ce qui le rend si humain - outre le registre chaleureux de sa "voix" - et suscite une telle empathie.

Signes avant-coureurs

Du côté du répertoire, la première découverte de la session fut cette série de sonates de Boccherini proposées aux candidats - parmi les 39 répertoriées par le musicologue français Yves-René-Jean Gérard - et attestant toutes de l’extraordinaire familiarité de Boccherini avec cet instrument qu’il pratiquait en virtuose. Mais le principe du duo de violoncelles (l’un faisant office de continuo pour l’autre) connut des heurs et des malheurs, notant que les violoncellistes "accompagnateurs" - Lidy Blijdorp, Gideon den Herder, Katarina Litschig, Karel Steylaerts et Emilie Wallyn - évoluèrent en cours de route.

Par ailleurs, le mouvement "Grave" de la sonate d’Ysaÿe fut pour chaque candidat un précieux moment de rencontre avec son auditoire : de durée limitée, très claire dans son déroulement, elle fournit un point de comparaison déterminant tout en offrant un intense plaisir musical.

Finalement, le seul bémol fut le manque de variété du répertoire romantique avec piano. Le choix était laissé entre quatre œuvres (ou parties d’œuvre) : l’Allegro moderato de la sonate Arpeggione de Schubert, deux des 5 Stücke im Volkston de Schumann, le Rondo de Dvorak et les Variations concertantes de Mendelssohn. Ils furent 44 (sur 68) à avoir choisi Schubert, pas un ne choisit Mendelssohn, et, lors de certaines séances, cet Arpeggione à répétition avait de quoi rendre fou…

Parmi les 48 musiciens (sur 68) que nous avons suivis, certains talents exceptionnels se sont déjà affirmés : citons le Biélorusse Ivan Karizna, 25 ans, grand garçon balaise et souriant, chez qui tout fut à la fois somptueux du point de vue sonore, accompli du point de vue musical et porté par une folle liberté. Dans la sonate G. 17 de Boccherini, il fut le seul à établir un vrai dialogue avec sa partenaire, l’ineffable Lidy Blijdorp, et à rendre justice au vertigineux rondo final, généralement massacré. A l’autre bout de la galaxie, l’Américain Brannon Cho, 22 ans, la voix du ciel, fit surgir du "Langsam" de Schumann une émotion telle que toute la suite en fut littéralement illuminée. Il y eut aussi le très imaginatif Valentino Worlitzsch (Allemagne, 27 ans quand même…), le sensible Sihao He (Chine, 23 ans) à qui revint le périlleux honneur d’ouvrir la session, la rayonnante Julia Hagen (Autriche, 21 ans, héritière du Quatuor du même nom) ou encore l’inclassable Santiago Cañon-Valencia (Colombie, 22 ans), allures de rockeur avec bagues et chignon, mais jeu d’une élégance et d’une maîtrise dignes des grands.

Récital et Orchestre royal de Chambre

Comme toujours, certaines évictions désolent : le fougueux Sévillan Victor Garcia Garcia, 23 ans, le Sino-espagnol Mon-Puo Lee, 23 ans, qui parvint même à glisser le thème du fameux menuet de Boccherini dans la cadence de sa sonate, ou encore l’Allemande Katarina Schmidt, qui rata presque tout mais offrit le plus beau Schubert (peut-être le seul…) de la semaine.

Au second tour, chacun des 24 demi-finalistes se présentera deux fois : en récital, avec "Chacun sa chaconne" d’Annelies Van Parys comme œuvre imposée, et avec l’Orchestre royal de Chambre de Wallonie dirigé par Frank Braley avec, au choix, non plus Mozart mais l’un des deux concertos de Haydn ou le concerto G. 482 de Luigi Boccherini.


Le calendrier des demi-finales

Lundi 15 mai 

15h - M. Sihao He, Chine, 23 ans Haydn, Concerto n°1 en ut majeur - M. Valentino Worlitzsch, Allemagne, 27 ans Haydn, Concerto n°2 en ré majeur

20h - M. Jonas Palm, Allemagne, 24 ans Haydn, Concerto n°1 en ut majeur - M. James Jeonghwan Kim, Corée, 23 ans Haydn, Concerto n°1 en ut majeur

Mardi 16 mai 

15h - M. Brannon Cho, USA, 22 ans Haydn, Concerto n°1 en ut majeur - M. Thomas-Michael Auner, Allemagne, 26 ans Haydn, Concerto n°2 en ré majeur

20h - Mme Anastasia Kobenika, Russie, 22 ans Haydn, Concerto n°2 en ré majeur - M. Yan Levionnois, France, 26 ans Haydn, Concerto n°1 en ut majeur

Mercredi 17 mai 

15h - Mme Ayano Kamimura, Japon, 26 ans Haydn, Concerto n°1 en ut majeur - M. Aurélien Pascal, France, 22 ans Haydn, Concerto n°1 en ut majeur

20h - M. Shizuka Mitsui, Japon, 25 ans Haydn, Concerto n°2 en ré majeur - M. Maciej Kulakowski, Pologne, 21 ans Haydn, Concerto n°2 en ré majeur

Jeudi 18 mai 

15h - Mme Seungmin Kang, Corée, 30 ans Haydn, Concerto n°2 en ré majeur - Mme JeongHyoun (Christine) Lee, Corée, 25 ans Haydn, Concerto n°2 en ré majeur 20h - Mme Astrig Siranossian, France, 28 ans Haydn, Concerto n°2 en ré majeur - M. Yuya Okamoto, Japon, 22 ans Haydn, Concerto n°2 en ré majeur

Vendredi 19 mai 

15h - M. Christoph Heesch, Allemagne-Japon, 21 ans Haydn, Concerto n°2 en ré majeur - M. Bruno Philippe, France, 23 ans Haydn, Concerto n°1 en ut majeur

20h - M. Santiago Cañon-Valencia, Bolivie, 22 ans Haydn, Concerto n°1 en ut majeur - Mme Irena Josifoska, Serbie-Hongrie, 20 ans Haydn, Concerto n°2 en ré majeur

Samedi 20 mai 

15h - M. Alexey Zhilin, Russie, 30 ans Haydn, Concerto n°2 en ré majeur - M. Victor Julien-Laferrière, France, 26 ans Haydn, Concerto n°2 en ré majeur

20h - M. Ivan Karizna, Biélorussie, 25 ans Haydn, Concerto n°1 en ut majeur - Mme Julia Hagen, Autriche, 21 ans Haydn, Concerto n°1 en ut majeur


En radio et télévision

A suivre au quotidien sur Musiq’3 et sur La Trois dès 19h55, avec les commentaires de Camille De Rijck et de Vincent Delbushaye, installé en bord de scène pour transmettre les impressions à chaud des candidats après leur prestation.

Infos complémentaires : www.cmireb.be ou www.musiq3.be