Musique / Festivals

C'est sous un soleil éclatant que débutait ce vendredi après-midi la vingt-neuvième de Couleur Café. Pour la deuxième fois, c'est du côté du Heysel que le festival a pris ses quartiers. L'été dernier, la grand-messe bruxelloise quittait en effet le site historique de Tour & Taxis pour aller monter ses chapiteaux à l'ombre des grands hêtres du Parc d'Osseghem, et la météo du jour semblait idéale pour en profiter. Côté line-up, ce cru 2018 oscillera comme d'habitude entre rap, soul, r'n'b, pop, world music et chanson. Il accueillera les meilleurs élèves belges de l'année écoulée (Damso, Angèle, Mélanie De Biasio, Témé Tan, Juicy, l'armada Niveau4), des rappeurs US (Oddissee, Underachievers, Young Thug), de grandes voix soul (Mahalia, Ibeyi, Gregory Porter, Lee Fields) et quelques vétérans toujours fringants (George Clinton, Calypso Rose).

Plus que jamais, Couleur Café se veut un festival familial et, sous les rayons qui transpercent les arbres, les bambins gambadent comme autant de lutins. Si l'an dernier, les nuages avaient un peu joué à cache-cache avec les festivaliers, la météo du jour permet de profiter au mieux du nouveau site. Il y a de la place, des coins à l'ombre où se poser, des hamacs, des endroits où s'asseoir presque à volonté… Tout cela semble presque parfait, et le programme musical devrait encore y contribuer.

Si la venue du boss du rap belge (et francophone?) Damso ce vendredi soir – qui offrira à Couleur Café sa première date belge depuis la sortie de son 3e disque, "Lithopedion" – est des plus attendues, le reste du menu de cette première journée a de quoi enthousiasmer. C'est avec deux jeunes et talentueuses chanteuses que nous entamions cette nouvelle édition. Deux demoiselles d'une vingtaine d'années très différentes.

Le permière est Belge, se nomme Angèle, est bien connue de nos services et ouvrait le bal sur la scène principale du festival. Si l'on attend toujours un premier album de la blondinette en bonne et due forme, la petite sœur du grand Roméo Elvis a le vent en poupe depuis un an et vient de publier un troisième single – ''La Thune'' – qui devrait cartonner autant que les deux premiers. C'est d'ailleurs avec lui qu'elle entame le show, et déjà les premiers rangs semblent connaître les paroles par coeur. Sur les planches, postée derrière les touches de son clavier, la Bruxelloise semble avoir assez de sourires pour chaque spectateur de l'assemblée. Toute de rouge vêtue, elle sautille de part et d'autre de la scène sans s'économiser et parle beaucoup au public. On découvre successivement de nouveaux morceaux, certains plus calmes, d'autres carrément dansant à l'image de celui qu'on appellera ''Beaucoup trop fou'' (il nous a semblé qu'elle le répétait pas mal…). Une prestation solaire qui aura récolté tous les suffrages, de 7 à 77 ans.

La seconde est Britannique, se nomme Mahalia, répondait cette semaine à nos questions et foulait quant à elle les planches de la scène bleue. En groove ou en douceur, miss Burkmar nous emmène dans son univers touchant et personnel, ses histoires du quotidien, ses brouilles de coeurs, ses joies, ses peurs… Et on la suit sans peine, comme hypnotisé par cette voix au charme singulier, qui confirme s'il le fallait son statut de nouvelle voix de la soul anglaise (à l'instar de sa copine Jorja Smith). Le temps d'une reprise du ''Work'' de Rihanna et Drake (dont elle partage le producteur Nineteen85), elle chatouille la guitare et les hanches se détendent. On y reviendra en salle, à coup sûr.

Enfin, ceux que nous attendions impatiemment entraient en scène vers 20h30… La prestation du couple Amadou&Mariam promettait en effet un grand moment de ce début de soirée de Couleur Café… Avant la nuit sombre et le prince des ténèbres Damso. ​