Musique / Festivals

La coupe de cheveux assagie - finis les cheveux mi-longs qui le faisaient ressembler au rocker Steven Wilson - la cinquantaine élégante, Peter De Caluwe est tranquillement installé dans son bureau de direction mansardé au cinquième étage de la Monnaie. Visiblement heureux d’avoir refermé la parenthèse Tour&Taxis, il a retrouvé des murs qu’il connaît déjà depuis plus de trente ans - il était un des proches collaborateurs de Gérard Mortier dans les années 80. Et ce même si, explique-t-il, tous les travaux ne sont pas encore terminés : on attend encore le souterrain sous la rue Léopold pour faire passer les décors des ateliers vers la salle, mais aussi, par exemple, le câblage interne du téléphone !

Le Flamand donne une image de force tranquille, manifestement désireux de couper court aux rumeurs de déstabilisation qui courent dans le landerneau lyrique suite aux départs successifs de plusieurs cadres de la Monnaie et au retard pris dans la publication de son arrêté de nomination pour un troisième mandat de six ans. Il abordera lui-même la question des départs pour en minimiser l’importance et donnera, pour son renouvellement, la même réponse que celle qu’on donne au cabinet Reynders : la décision prise par le conseil d’administration de la Monnaie voici deux ans n’est nullement remise en cause, mais le ministre attend que ledit C.A. soit lui-même renouvelé pour publier ensemble tous les arrêtés.