Musique / Festivals

Braine-le-Comte, église Saint-Géry, vendredi 15à 20h30; Horrues, église Saint-Martin, samedi 16à 20h30 et dimanche 17 à 17h30. Rens.: 065.72.85.94, 067.55.65.59;

A quoi voit-on que l'été est de retour? À ce que la belle église romane d'Horrues vibre de nouveau au son de la musique de chambre: ce sera le cas dès ce samedi, ainsi que le week-end suivant.À dire vrai, l'Eté musical d'Horrues neuvième du nom s'ouvrira même dès ce vendredi, mais le concert d'ouverture se fera dans la cité voisine de Braine-le-Comte, et plus précisément dans l'église Saint-Géry: sans doute fallait-il un peu plus de place pour accueillir les deux pianos de Luc Devos et Catherine Mertens, qui uniront leurs forces pour houer Debussy (des nocturnes transcrits par Ravel), Devreese (la suite tirée du ballet «Gemini», Milhaud («Scaramouche») et Rachmaninov.

Samedi, retour à Horrues pour un concert du quatuor Sine Nomine: les quatre Français proposeront Haydn (opus 20/1), Beethoven (quatuor n° 9) et Chostakovitch (quatuor n° 8). Mais l'événement le plus attendu sera sans doute pour dimanche, dans la même église Saint-Martin: Pieter Wispelwey et son pianiste Dejan Lazic donneront l'intégrale des cinq sonates pour violoncelle et piano de Beethoven.

A la tête du plus jeune des festivals belges, il y a plus que jamais Anne- Marie Potvin, d'autant plus passionnée que le notariat l'a libérée et l'a entièrement laissée à la musique. Rien de changé dans la formule, sinon que les sept concerts de cette année se donneront toutefois en deux week-ends et non plus en trois. Deux fois trois concerts (suite du 22 au 24), plus un en bonus : le 3 juillet, Louis Langrée, un habitué d'Horrues, étrennera son nouveau poste de directeur musical de l'OPL pour une soirée Schumann/Beethoven.

© La Libre Belgique 2001