Dour

Si, historiquement, des milliers de festivaliers impatients plantaient depuis des années leurs tentes la veille du coup d'envoi des festivités, les organisateurs avaient officialisé la chose lors de l'édition 2015. Depuis, la grand-messe wallonne des notes indés ne déroule plus sur quatre mais sur cinq après-midi et soirées. Une initiative qui d'entrée ne nous avait pas enchantés. Car notre endurance et la souplesse de nos articulations, avec le temps, ont tendance à diminuer. Et parce que l'on ne connaît que trop bien l'endroit, l'ambiance et son intensité.

Pourtant, hier soir, à l'instar des rappeurs JeanJass et Caballero, toutes les planètes au-dessus de la plaine se sont alignées (cf. le morceau "Repeat" du duo). Et, pour la première fois, ce mercredi soir additionnel avaient tout d'une bonne idée. Sur un site baigné d'un soleil brillant sans être brûlant, plus de 20.000 festivaliers ont d'ores-et-déjà foulé les allées du Dour Festival et le camping était bondé. Côté musique, c'est à nouveau l'étendard du rap noir-jaune-rouge qui le plus haut a flotté. Avec le tandem précité d'abord, JJ&Caba, dont le concert explosif livré devant une Boombox surexcitée aura été le réel coup d'envoi de cette 29e édition.

© Franz Romualdi

Sur Last Arena, désormais réorientée, les deux prestations du soir nous ont un peu déprimés. Celle du roi du 3e degré Vald d'abord, auteur du show le plus mémorable de l'édition passée, un peu perdu au milieu de cette gigantesque estrade et dont l'énergie déployée eut tendance à s'éparpiller. Même chose pour la diva d'origine sri-Lankaise M.I.A. quelques heures plus tard, pas très en jambes, victime de problèmes d'oreillettes, et seulement présente physiquement durant la deuxième moité. Dans l'intervalle, c'est à nouveau l'incontournable Damso qui a volé la vedette et imposé le show. De plus en plus à l'aise sur scène où il fut même rejoint le temps d'un morceau ("Vitrine") par Vald, le Terminator du rap-jeu a littéralement retourné une Boombox consentante et signé, haut-la-main, le plus gros concert de ce début de Dour Festival. BulldozerVIE.

© Franz Romualdi