Musique / Festivals

Ed Sheeran, seul sur scène, a encorcelé 65 000 spectateurs ce dimanche à Werchter.

Dimanche, 19h, sur la plaine de Werchter. La chaleur est écrasante mais n’empêche pas les spectateurs de se presser autour de la scène, installée sur le site mythique. Le public arrive par vagues successives et envahit rapidement l’espace. Ce soir, il est venu assister au concert d’Ed Sheeran, jeune britannique de 27 ans, prodige de la pop et maître incontesté des balades romantiques.

Ils seront plus de 65 000 à avoir décroché un ticket pour le concert tant attendu, très rapidement sold out. Il faut dire que chacune des annonces de représentation du chanteur provoque l’euphorie auprès de ses nombreux fans. Dans la foule, beaucoup de jeunes filles sont venues voir leur idole, dont elles arborent fièrement les t-shirts et autres accessoires de merchandising achetés à prix fort à l’entrée du site.

© BELGA

Place à la petite protégée

À 19 h 45 précises, Anne-Marie entre en scène. La petite protégée d’Ed Sheeran, britannique elle aussi, le suit tout au long de sa tournée, le Divide tour. Cheveux décolorés, maillot de bain et veste 80’s, elle déborde d’énergie et tente de chauffer un public un peu trop sage à son goût. Un hélicoptère de la police survole la plaine alors qu’elle entame les premières notes de son tube à succès “Ciao Adios”. La chanteuse de 27 ans enchaîne les styles et passe de la pop, au rap pour terminer par le reggae. Elle nous laisse, après un show de 45 minutes, sur “Perfect”, une chanson à texte fort issue de son dernier album “Speak your mind”, sorti le 27 avril dernier. Elle y évoque avec humour la recherche de perfection qu’elle a souvent essayé d’atteindre. “Love every single part of my body. Top to the bottom. I’m not a supermodel from a magazine. I’m okay with not being perfect”.

Un concert simple, à l’image du chanteur

21h approche c’est au tour de la star tant attendue de monter sur scène. Le public joue des coudes et tente de se rapprocher un maximum du chanteur qui débarque seul sur scène avec sa guitare, un sourire jusqu’aux oreilles.

Et c’est donc sans groupe, perdu dans l’immensité de cette scène, que le Britannique aux 30 millions de disques vendus entame “Castle on the hill”, une balade rythmique dans laquelle il raconte son enfance dans le comté de Suffolk.

Les cris du public commencent à se faire entendre et les hanches se dénouent. Les hits à succès s’enchaînent à une vitesse folle. Le chanteur ponctue ses tubes de courtes pauses pour s’hydrater, sous les cris stridents de ses admiratrices, qui espèrent peut-être récupérer la bouteille dans laquelle il a bu.


Les milliers de spectateurs écoutent religieusement chaque parole de ce chanteur aux allures de “boy next door” (Ndlr : entendez par là, garçon au style commun), qui débarque sur scène sans artifices et sans paillettes, vêtu d’un simple jeans et d’un t-shirt noir. La scénographie est elle aussi minimaliste. Les cinq écrans suspendus en arc de cercle au-dessus de la scène ne font que diffuser le concert en direct.

Avant d’entamer “The A Team”, la chanson qui l’a lancé, Ed Sheeran se remémore son passage en Belgique, à l'AB, en 2012. Une année plus tôt, le Britannique venait d’être repéré par Warner grâce à ses petites vidéos postées sur internet.


Aujourd’hui, face à un parterre plein à craquer, le chanteur a tenu à rendre un hommage un petit peu particulier : “Dans le public, je vois toujours 98 % des personnes qui s’amusent. Mais je sais que dans cette foule, il y a 2 % des gens qui n’apprécient pas forcément mes chansons. Il y a d’un côté les petits copains, qui ne veulent pas vraiment être là et qui ne me voulaient pas dans Game of Thrones. De l’autre, nous avons les super-papas. Ceux qui restent les bras croisés, un peu en arrière, en observant leur fille et qui râlent parce que la bière est trop chère. Merci d'être là pour ceux que vous aimez”.

Il est maintenant 22h, le soleil se couche. Le rouquin en profite pour nous livrer, les unes à la suite des autres, ses chansons les plus romantiques. “Happier”, “Perfect", “Thinking out loud”. C’est sur ce dernier titre qu’un spectateur a demandé sa copine en mariage, un genou au sol (elle a dit “oui”).

Une autre surprise attend pourtant le public. Quand résonnent les premières notes, bien connues de “Feeling good”, le titre de Nina Simone, le public est décontenancé. Cette interprétation, “à la sauce Sheeran”, nous démontre avec brio, s’il le fallait encore, que le chanteur est avant tout un excellent performer avant d’être le chouchou des ados.

La Belgique championne du monde

Après avoir quitté la scène sous les acclamations du public, Ed Sheeran revient pour ses dernières chansons, vêtu du maillot n°14 des Diables rouges, celui de Dries Mertens. Il le prédit : “Il est vrai que je soutiens les Anglais dans cette Coupe du monde, mais je pense que la Belgique a des chances de gagner”.


Drapeau belge sur les épaules, il reprend sa guitare pour interpréter le mythique “Shape of you”. Le public est euphorique, comme ensorcelé. Il chante à tue-tête mais n’arrivera pas à suivre sur “You need me, I don’t need you” dont le débit de paroles n’a rien à envier au flow des rappeurs.

C’est sur ces dernières notes que le Britannique quitte pour de bon la scène de Werchter, à 22h45 précises.