Musique / Festivals

Fugain, Sardou, Henri Salvador, Johnny la semaine prochaine, Sheila prochainement, c’est une mousson d’albums de reprises qui s’abat sur nos oreilles en ce moment. Et pour être franc, dans bien des cas, on s’en passerait. Car l’exercice tient aujourd’hui surtout de la démarche commerciale et peu du projet artistique.

Parfois pourtant, une bonne surprise nous attend au détour d’une écoute. Et cette "même tribu" en est une. Il faut avouer que le Schmoll n’a pas lésiné sur les moyens pour mener ce projet à bien. Il a convié un casting dont ne pourrait même pas rêver un blockbuster hollywoodien : Alain Souchon, Renaud, Julien Clerc, Arno, Keren Ann, Ibrahim Maalouf, Charles Bradley, Brigitte, Sanseverino et Christophe. Sans oublier la famille : sa fille, Maryline Moine. Et bien sûr Johnny et Jacques Dutronc. Et ce n’est là que le premier volet du projet puisqu’un second volume est annoncé avec une tribu tout aussi capée.


Eddy Mitchell a validé chacun des titres, et il est de la partie sur chacun d’eux. Le chanteur a invité ses potes pour passer du bon temps ensemble. Et ça s’entend ! Résultat : 13 duos orchestrés et réenregistrés sans quasiment une fausse note, et un inédit rassemblant une bonne partie de la bande conviée à fêter ses chansons. L’alchimie fonctionne à merveille avec ses comparses des Vieilles canailles. C’est un rockeur révèle un Johnny toujours bien en voix, tandis qu’Au bar du Lutecia, Eddy et Jacques Dutronc font la fermeture avec connivence. On se délecte aussi des tandems formés avec Alain Souchon, Julien Clerc, Christophe ou encore Sanseverino. Et on s’émerveille d’entendre Eddy Mitchell croiser la voix avec Keren Ann sur Toujours un coin qui me rappelle. C’est comme si cette chanson avait été écrite pour ces deux-là.

Et puis, il y a des moments de jubilation. La trompette d’Ibrahim Maalouf qui s’invite sur M’man. Un Lèche-bottes blues d’anthologie avec notre Arno national chanté avec juste ce qu’il faut de folie et d’ironie. Enfin, il y a cette étincelle exceptionnelle qu’est la reprise d’Otis avec le regretté Charles Bradley récemment disparu. C’est funky en diable au point de se demander si James Brown ne s’est pas glissé entre eux. 

La déception, en revanche, c’est le duo avec Renaud "Sur la route de Memphis". La voix n’y est pas (doublée la plupart du temps par Eddy Mitchell) et on perd tout le charme de la chanson… Malgré ce couac, vivement le volume 2 et son casting d’invités tout aussi relevé (Voulzy, Obispo, Jonasz, William Sheller, etc.).

> 'La Même Tribu" vol.I, 1CD (Polydor). 

© D.R.