Musique / Festivals

L’été 1977 est insoutenable dans le sud des Etats-Unis. Frappés par une canicule d’une ampleur inédite, plusieurs Etats américains tournent au ralenti et laissent péniblement passer la vague de chaleur. A Memphis, Tennessee - berceau du blues, de la soul et du rock’n’roll - on s’apprête pourtant à prendre une douche froide avec la diffusion d’une nouvelle aussi violente qu’inattendue : la disparition de l’enfant du pays, "la première et la plus grande rockstar des Etats-Unis", Elvis Presley. Obèse, reclus dans son manoir connu sous le nom de "Graceland", le "King" a succombé à une arythmie cardiaque ce mardi 16 août avant de s’effondrer dans sa salle de bain sur le coup de 14h30.

© REPORTERS

Mort de constipation ?

Selon le médecin légiste qui effectue l’autopsie de rigueur, la cause de cette arythmie n’est pas clairement identifiée. Elvis souffrait d’hypertension et il est de notoriété publique que le roi du rock’n’roll se livrait depuis plusieurs années à une surconsommation d’antidépresseurs, de médicaments divers, et d’après ses gardes du corps, d’amphétamines, qui ont tous pu causer cet accident cardiaque. Georges Nichopoulos, le médecin personnel de la star, a lui une autre version. Il affirme qu’Elvis souffrait d’un blocage chronique du côlon et qu’il serait décédé… de constipation, ce qui expliquerait ses problèmes de poids et son décès, qui font depuis lors l’objet d’innombrables spéculations.

En 2014, une émission de télévision américaine a ainsi affirmé que l’idole des jeunes filles souffrait en réalité d’anomalies génétiques qui expliqueraient son problème cardiaque, en se basant sur l’analyse ADN d’un cheveu récupéré auprès d’un proche. D’autres évoquent des hypothèses plus farfelues, et pour des milliers de fans, toute cette histoire de disparition n’est qu’un coup monté. Le "King" - désormais âgé de 82 ans - se cacherait toujours dans le sud des Etats-Unis où il aurait encore été aperçu et photographié en janvier dernier lors d’une cérémonie donnée en son honneur à Graceland.


Effervescence dans les rues de Memphis

Qu’il soit encore physiquement en vie ou non, Elvis est omniprésent à Memphis. Au cœur de Beale Street, rue mythique de la soul et du Blues où BB King, Jerry Lee Lewis et Robert Johnson ont fait leurs armes, la statue du gamin de Tupelo fait l’objet d’une dévotion permanente. Chaque jour que Dieu fait, des centaines de pèlerins débarquent dans cette artère chargée d’histoire avant de devenir une sorte de Disneyland du rock’n’roll, afin de rendre hommage à leur maître.

De bon matin, la rue est pratiquement déserte en ce début d’été 2017, mais il suffit de faire la petite centaine de mètres qui nous séparent du mythique "Sun Studio" pour voir débarquer les hordes de fanatiques de Presley. De l’extérieur, l’endroit n’a rien d’extraordinaire. Le studio mythique où ce petit bonhomme est venu enregistrer à 18 ans un premier single en hommage à sa maman est situé le long d’une grand-route dans un quartier sans intérêt. Mais il règne devant ce bâtiment en coin orné d’une immense guitare Gibson une drôle d’effervescence. Les quelque 600 000 personnes qui se ruent chaque année à Memphis pour voir les lieux de vie du King semblent revenir instantanément en 1953, et revivre étape par étape l’enregistrement du fameux "That’s Alright (Mama)" avant de se rendre par cars entiers au fameux manoir voisin de Graceland, qui constitue encore aujourd’hui le deuxième lieu de résidence le plus visité des Etats-Unis après la Maison-Blanche.

© AP

Elvis, qui aurait déjà vendu un milliard d’albums, écoule encore chaque année plus d’un million de CD’s. Les organisateurs de "la semaine d’Elvis" qui réunit tous les 16 août des centaines de milliers de fans à Graceland s’attendent à un record pour ce quarantième anniversaire, et le King figurait en 2016 à la quatrième position des célébrités ayant engrangé le plus de rentrées financières après leur décès. Qu’il se cache ou non, Elvis n’est donc définitivement pas mort. Pour bon nombre d’Américains et des millions de fans répartis à travers le monde, il est tout simplement immortel.

© AP