Musique / Festivals

Comme l'an dernier, c'est avec un plaisir non dissimulé que lalibre.be a fouillé les poubelles du Concours Eurovision de la chanson afin d'en extraire le meilleur du pire. Tous les jours jusqu'à samedi, date de la grande finale, découvrez nos pronostics pour cette année, les pires chanteurs, costumes, les plus gros plantages et les prestations les plus improbables de ces dernières décennies.

Il est de ces candidats, chansons et performances improbables qui font tout le sel de l'Eurovision. Pourquoi on regarderait sinon ?

1. Silvia Night "Congratulations" (Islande 2006, éliminée en demi-finale)

Sous le pseudonyme de Silvia Night, l’actrice Ágústa Eva Erlendsdóttir s'était créé pour l'Eurovision un personnage de diva excentrique et venimeuse, y allant à la truelle avec des commentaires odieux sur ses concurrents, les journalistes et le pays organisateur (la Grèce) pendant la semaine des répétitions. Malheureusement pour elle, elle fut prise au premier degré et se fit copieusement huer dès sa montée sur scène et pendant 30 longues secondes à la fin de sa performance, pourtant haute en couleurs et visiblement décalée.



2. Marty Brem "Wenn du da bist" (Autriche 1981, 17e/20)

La chanson et son interprète n'ont rien de dingues ; ce sont plutôt les choriste/danseuses/potiches qui nous ont tapé dans l’œil. Leur styliste et chorégraphe méritent de recevoir les châtiments les plus cruels.



3. Anne-Marie B "Frère Jacques" (Luxembourg 1977, 16e/18)

En voilà une idée qu'elle est bonne : reprendre (à peu près) "Frère Jacques" en disco. On salue la conviction apportée par Anne-Marie, qui défend l'indéfendable avec le sourire.



4. Krassimir Avramov "Illusion" (Bulgarie 2009, éliminé en demi-finale)

Un homme, une cape, une cotte de mailles de chez Wibra, une voix de fausset, une choriste sosie d'Elvira (maîtresse des ténèbres), aux ongles longs comme un doigt, des danseurs sur échasses qui doivent effectuer une figure dangereuse, un lyrisme d'une intensité peu commune = éliminés en demi-finale.



5. Slavko Kalezić "Space" (Montenegro 2017, éliminé en demi-finale)

Notre chouchou de l'an dernier n'a pas trouvé son public. Les expressions faciales subtiles de Slavko, ses sourcils parfaitement épilés, sa tenue vestimentaire chicissime, sa chorégraphie aux petits oignons et un remarquable tournoiement de tresse avaient pourtant éclipsé ses fausses notes en série. Quel dommage !