Musique / Festivals

Comme l'an dernier, c'est avec un plaisir non dissimulé que lalibre.be a fouillé les poubelles du Concours Eurovision de la chanson afin d'en extraire le meilleur du pire. Tous les jours jusqu'à samedi, date de la grande finale, découvrez nos pronostics pour cette année, les pires chanteurs, costumes, les plus gros plantages et les prestations les plus improbables de ces dernières décennies.

Faut-il savoir chanter juste pour représenter son pays à l'Eurovision, devant des centaines de millions de téléspectateurs ? Apparemment non...

1. XXL "100% te Ljubam" (Macédoine 2000, 15e/24)

Les Spice Girls des Balkans font illusion quelques secondes pendant l'intro puis l'affaire vire au cauchemar pour les oreilles. Un festival de fausses notes et il n'y a pas une donzelle pour rattraper l'autre.



2. Ping Pong "Sameyakh" (Israël 2000, 22e/24)

La même année, a sévi Ping Pong, qui chantait "Be Happy" mais l'humeur vire à l'aigre face à ce concert de casseroles.



3. Jemini "Cry Baby" (Royaume-Uni 2003, 26e/26)

Dès les premières notes, on est saisi de nausées. La "chanteuse" a sans doute opté pour une mini, mini robe afin d'attirer l'attention sur ses jambes plutôt que sur son organe vocal défaillant.



4. Beth "Dime" (Espagne 2003, 8e/26)

Amis de la justesse vocale, 2003 ne fut par votre année à l'Eurovision. Beth est peut-être bien mignonne mais on la préférerait muette.



5. Sophie Carle "100 % d'amour" (Luxembourg 1984, 10e/19)

La ruse semble donc vieille comme le monde : on choisit une jolie fille pour tenter de faire passer la pilule des fausses notes. Et elle les aligne, Sophie Carle. Il nous revient que sa prestation à l'Eurovision est utilisée à Guantanamo pour torturer les prisonniers. Aveux garantis dans les deux minutes.