Musique / Festivals

Comme l'an dernier, c'est avec un plaisir non dissimulé que lalibre.be a fouillé les poubelles du Concours Eurovision de la chanson afin d'en extraire le meilleur du pire. Tous les jours jusqu'à samedi, date de la grande finale, découvrez nos pronostics pour cette année, les pires chanteurs, costumes, les plus gros plantages et les prestations les plus improbables de ces dernières décennies.

Quel pays va soulever le trophée de cette 63e édition du Concours Eurovision de la chanson ? Voici nos pronostics et nos coups de cœur 2018.

1. Netta "Toy" (Israël)

Si l'on s'en réfère aux bookmakers et au nombre de vues de sa vidéo sur Internet, Netta va gagner l'Eurovision cette année, avec cette chanson féministe. Et elle imite très bien la poule.



2. Mikolas Josef "Lie To Me" (République tchèque)

Les gays et les jeunes femmes adorent déjà Mikolas, son adorable bouille et attitude cool à la Justin Timberlake. Le Tchèque est quasiment assuré de finir dans le top 3.



3. AWS "Viszlát Nyár" (Hongrie)

Depuis la victoire de Lordi en 2006, un pays fait presque chaque année le choix du métal. Cette année, ce sont les Hongrois qui s'y collent. Bon, c'est du métal de supermarché à la Linkin Park (quoique : il y a un pont bien musclé) mais ça fait du bien à entendre, au milieu de cette soupe de variétés.



4. Sennek "A Matter Of Time" (Belgique)

Il ne s'est pas foulé, Alex Callier de Hooverphonic, pour pondre cette resucée de n'importe quelle chanson de James Bond et de ce qu'il a fait précédemment avec son groupe. Mais la jeune Flamande a une bonne voix. Combinée à l'élégance du morceau, cela devrait largement suffire pour atterrir dans le top 10.



5. ZiBBZ "Stones" (Suisse)

La Suisse n'a aucune chance de l'emporter mais on apprécie l'attitude très anti-Eurovision (la paix dans le monde, l'amour universel...) du clip. Emeutiers masqués, cocktails Molotov, batte de base-ball : on espère la même mise en scène le jour J.