Musique / Festivals "Politique et artistique, festif et subversif…" C'est ainsi que le Festival des Libertés se définit. "Témoin de la situation des droits et libertés, inciter à la résistance et promouvoir le solidarité…" Telles sont les missions que son équipe instigatrice s'est fixées. Du 19 au 28 octobre prochain, l'événement revient, plus que jamais pluridisciplinaire et toujours aux bons soins de Bruxelles Laïque et du Théâtre National, qui accueille l'événement en ses murs.

"Erreur système"

Comme à chaque édition, le Festival des Libertés s'offre une thématique, un fil conducteur qui tentera de démêler les nœuds du système, interrogeant cette notion sous toutes ses acceptions – "solaire ou scolaire, électoral ou électrique, judiciaire ou monétaire, capitaliste ou communiste, éco ou D" – pour en saisir la complexité, la nécessité, la portée, les illusions et les usages. Mais également ses abus ou détournements. 

Pour ce faire, les organisateurs déroulent dix jours durant concerts, débats, conférences, expositions, théâtre ou encore projections de films documentaires. Ce jeudi, la clique toulousaine Zebda – qui rééditait récemment son fameux album "Motivés" (1997) – sabrera cette 12e édition. Et c'est avec une soirée aux parfums jamaïcains, avec entre autres Inna de Yard et Ken Boothe, que le dimanche 28 elle se terminera. 



Dans l'intervalle, il y aura des concerts presque tous les soirs, dont on peut épingler celui d'Emir Kusturica (le 20, complet) et de son No Smoking Orchestra (qui ne veut pas dire "cloper" mais plutôt ne pas se faire "enfumer" par l'autorité), la carte blanche octroyée à AKA Moon pour son quart de siècle de carrière (le 24), la visite de la chanteuse française Camille (le 25, complet), celles des bidouilleurs électro-hip hop Chinese Man, et du génial producteur Adrian Sherwood associé à Rob Ellis alias Pinch (tous le 26), ou encore la venue des régionaux de l'étape Puggy (le 27, complet). 

 > Infos, programme complet & réservations : www.festivaldeslibertes.be.