Festival Folies d’Espagne à Flagey

Martine D. Mergeay Publié le - Mis à jour le

Musique / Festivals

Programmée et organisée sur les chapeaux de roue, la première édition de ce "Broadcast Festival" avait connu l’été dernier un incroyable succès. Les meilleurs solistes et ensembles de Belgique, quelques vedettes internationales accourues pour soutenir le projet, des jeunes musiciens chauffés à blanc, des animateurs débordant d’imagination et, couronnant le tout, un soleil rayonnant s’étaient donné le mot pour faire de ce coup d’essai une fête mémorable. Outre l’affluence croissante d’un public bientôt euphorique, la qualité artistique fut au rendez-vous, avec quelques moments fabuleux.

Les organisateurs - le festival de Wallonie, Musiq’3, Flagey et Pianorama - remettent donc le couvert cette année, avec les mêmes ingrédients qu’en 2011, mais en voyant plus grand et plus loin, même si - c’est la règle du genre - les concerts restent courts ! Grand thème transversal : les Espagnes, c’est le thème général du Festival de Wallonie et c’est un thème porteur (de soleil, notamment). On pourra donc entendre l’ensemble Ricercar dirigé par Philippe Pierlot dans les "Folies d’Espagne", l’Ensemble Oxalys dans "l’Amour sorcier" de Manuel de Falla, l’Argentin (on disait "les" Espagnes ) Leonardo García Alarcón, invité d’honneur du Festival de Wallonie, la trépidante soprano Mariana Florez, l’Ensemble Clematis et le Chœur de Chambre de Wallonie, dans une série de concerts dédiés aux mélodies et aux danses espagnoles baroques , etc.

Deux ensembles rappelleront que l’Espagne (celle d’Europe) fut longtemps au carrefour des influences arabes et juives : La Rosa Enflorese, dans des "Kantes Djudeo españoles" et Jordi Savall et les siens dans son programme "Mare Adriaticum" orienté vers Venise, et les mondes séfarades et ottomans.

"Espagnes" toujours avec une brochette de talentueux jeunes pianistes espagnols : Luis Fernando Perez, Angel Sanzo, Javier Perianes, chacun dans des chefs d’œuvres respectivement signés Enrique Granados, Isaac Albeniz et Manuel de Falla (un compositeur par pianiste, ça rend les choses plus claires). Et Espagne encore, par voies détournées, avec le "Bolero" de Ravel donné en ouverture par le Brussels Philharmonic placé sous la direction de Patrick Davin.

La programmation s’adresse cette année à un public dépassant celui des mélomanes : il vise aussi les amateurs de danse et de cinéma et réserve une large place aux enfants. Et pour rejoindre ces nouveaux publics, quelques lignes de forces ont été mises en place : les jeunes musiciens seront particulièrement à l’honneur, par plis séparés ou à travers l’orchestre du festival rassemblé et dirigé par Shirley Laub et un ensemble baroque piloté par Mira Glodeanu ; avec, à la clef, une confrontation réjouissante avec des artistes de grande envergure (parmi lesquels on attendait la regrettée Brigitte Engerer ). Jeunes artistes encore : les organistes (et programmateurs de Musiq’3 !) Cindy Castillo et Yoann Tardivel, qui joueront en duo sur orgue positif, le pianiste Patrick Leterme (également collaborateur de Musiq’3, il s’en passe sur la chaîne ) dans un concert de zarzuela, avec quatre jeunes solistes de la Chapelle Musicale, et les jeunes lauréats du Concours Sonic Angels (KlaraFestival). Les espaces de concert et de fête seront étendus à la place Sainte-Croix (un chapiteau accueillera notamment un projet original signé Lorenzo Gatto, un chœur d’enfants, des concerts de jazz signés Guillaume Vierset ou Gabriel Guollo, etc.) et au Studio 5 (la Cinematek propose une série de films espagnols et sud-américains) sans compter les flashmobs, dont, par essence, le surgissement tient de la surprise !

Danse à tous les étages : outre le boléro, le fandango, la habanera, le mambo et le flamenco, le tango sera de la partie durant tout le festival, avec 150 danseurs venus des quatre coins de l’Europe pour un marathon monstre (mais libre !) couronné par un Bal Tango ouvert à tous et inspiré du concept du Bal Moderne. Et samedi soir, rendez-vous au Studio 1 avec une "Baroque Orchestration X" autour de Radiohead et PJ Harvey.

Enfin, les enfants seront les rois du Festival Kids, avec des ateliers pédagogiques et ludiques de castagnettes, de violon, de flamenco et de cajón, l’aménagement d’espaces de fête et de jeu, l’invitation à des répétitions commentées et, dans certains cas, aux concerts, ainsi qu’une initiation à "L’Homme de la Mancha", légendaire comédie musicale récrite spécialement à leur intention (voir ci-contre), en création dimanche matin.

Cerise sur la tapa : les nourritures terrestres et les libations sont confiées à un traiteur espagnol.

Publicité clickBoxBanner