Musique / Festivals

Depuis 2014, Francofaune s’attelle à explorer et à diffuser ce que ses instigateurs - amateurs de punchlines imagées - ont joliment baptisé la biodiversité musicale. Cette année encore, du 5 au 15 octobre, le festival rassemblera pour la quatrième fois ces "espèces musicales en voie d’apparition" utilisant la langue française pour enthousiasmer ou créer l’émotion. Au programme, une cinquantaine de concerts dans quinze lieux de notes de la capitale, mais pas de gros noms ronflants, l’événement préférant "mûrir que de céder au mercato des têtes d’affiches" (ce dont il n’a sans doute pas les moyens de toute façon).

Albin superstar

La seule "star" conviée en ce cru 2017, toutes proportions gardées, est sans doute Albin de la Simone (notre photo principale). Avançant doucement mais - enfin - sûrement vers une petite reconnaissance populaire, le poète d’Amiens chante l’amour, la vie et les peines de cœur avec une justesse qui donne le tournis au fil de "L’un de nous", magistral 5e album publié en début d’année. Il sera au Théâtre 140 le soir du 11 octobre, en compagnie de Clare Louise.

Au milieu des nombreux concerts sont venues se glisser deux cartes blanches. Celle du sieur Dick Annergarn d’abord, le 6 octobre à la Venerie (Espace Delvaux). Une formule inédite qui verra notre citoyen d’honneur allier performance vidéo et concert à la sauce folk, bien entendu. Puis, le 12 octobre, ce sera au tour de L’Or du Commun, jadis groupe des prémices de Roméo Elvis (dont on ne s’étonnerait pas de voir poindre le nez), de programmer une soirée musicale aux couleurs hip hop en les murs du VK molenbeekois. Au rayon rap, notons aussi la venue de Scylla, pour deux soirs de rimes scandées avec force les 14 et 15 octobre au Bota.


"Sing tank"

Autre spécialité de Francofaune (bien que sans doute inspirées de celles des Nuits Secrètes françaises), les Sessions Secrètes auront lieu le 5 octobre au VK. Le principe ? Une poignée d’artistes se rencontrent pour écrire ensemble un morceau en deux heures. Durant trois jours en amont du concert, une quinzaine de titres a ainsi été façonnée et sera délivrée sur scène une seule et unique fois. Parmi eux, on trouve Mochélan, Sacha Toorop, Badi, Ivan Tirtiaux, Thècle Joussaud, Toine Thys, Gaëlle Swann, Nicolas Jules, Nevché ou encore Laryssa Kim, ainsi que des membres de Dan San, Joy as a Toy, Dalton Télégramme, BaliMurphy, et bien d’autres encore.

© D.R.
Le son du crayon

La soirée du 10 au Mima promet également d’être des plus réussies. Elle sera animée musicalement par Frànçois Marry (ci-contre), cette fois sans ses Atlas Mountains, aux platines pour une sélection de titres ambiants qui seront illustrés en temps réel par l’auteur de BD Charles Berbérian.

Enfin, parmi les nombreux autres concerts déclinés par Francofaune cette année, citons encore la triple affiche de la Maison des Musiques (Midget, MortalCombat et Alek&les Japonaises) et la double de l’Atelier 210 (Tresor et Aksak Maboul) qui se disputeront la soirée du 6 octobre.

Sans oublier le passage de la Canadienne (car il n’y a pas que des Belges au menu du festival) Klo Pelgag, bien connue au pays de l’érable, le 15 octobre au Bota.

> Francofaune, du 5 au 15 octobre à Bruxelles. Infos : www.francofaune.be