Musique / Festivals Noël c'est fini les amis! Mais les cadeaux continuent à affluer puisque La Libre Belgique et Let it Sound vous offrent 10X2 places pour le showcase exceptionnel que donneront Angèle et L'Impératrice lors de la soirée Fifty Fifty qui se déroulera à Bruxelles dans la Galerie Horta, le mercredi 31 janvier (Entrée 18h30 - concerts 19h30).

Pour les remporter, rien de bien compliqué: direction Facebook et notre page Let it Sound qu'il suffit de suivre/liker, avant de liker et partager ce post (un classique).



Un Français + un Belge = deux concerts


Aucune place n'a été mise en vente pour cet événement. Chaque mois, FiftyFifty propose à une centaine de personnes d'assister sur invitation à un concert qui associe systématiquement un artiste belge et son alter ego français. Après Tamino et Tim Dup, Ulysse et Eddy de Pretto, Zwangere Guy et Lomepal, c'est donc la pop qui est mise à l'honneur.

© charlotte Abramow


Angèle, le petit rayon de soleil

Alors qu’ils sont généralement peu enclins à juger un artiste sur papier, les chroniqueurs musicaux de toute la francophonie ne cessent de vanter le potentiel et les talents d’une jeune chanteuse bruxelloise de 21 ans. Une artiste en devenir, qui n’a composé en tout et pour tout qu’un seul morceau officiel, et répond au délicieux sobriquet d’Angèle. La demoiselle connaît déjà la scène. Marka, son papa, arpente les salles belges avec sa dégaine de crooner depuis un demi-siècle. Laurence Bibot, sa maman, fait rire les copains à la radio et s’est forgée une solide réputation d’amuseur public en racontant des carabistouilles avec les “Snuls”. Et il ne faudrait pas oublier de citer Roméo, le frérot, qui plane sur les charts du pays avec son crew de rappeurs bruxellois.


Reste donc mademoiselle Angèle, petite sœur faussement douce, qui se forge d’abord un nom sur une application (Instagram) et sort fin 2017 “La Loi De Murphy”, une balade pop acidulée qui s’amuse des petits tracas du quotidien. En soi, rien d’exceptionnel nous direz-vous. Si ce n’est qu’en moins de trois mois, cet unique morceau a attiré près de quatre millions de curieux sur Youtube et a conduit Angèle à assurer avec aplomb les premières parties d’artistes confirmés comme Ibeyi ou Damso.

Le groove de l’Impératrice

Elle sera précédée sur scène par “L’Impératrice”, sextet parisien qui s’apprête à sortir un excellent premier album baptisé “Matahari”. Totalement instrumentale à ses origines, la formation s’est dotée d’une chanteuse, Flore Benguigui, qui guide à merveille cette disco pop parfois planante, souvent dansante et toujours bien conçue où les longues envolées musicales font la loi. Un retour parfait au groove et à la légèreté des années 70/80 et le groupe idéal pour aller secouer son fessier dans le centre de la capitale.