Musique / Festivals Figure marquante de la scène des années 60-70, il a succombé à un cancer à 69 ans.

Neuf mois après le décès de Keith Emerson, son acolyte au sein d’Emerson, Lake and Palmer, on a appris jeudi la disparition de Greg Lake, le bassiste et chanteur du groupe. Agé de 69 ans, il a succombé à un cancer, a indiqué son manager sur la BBC.

Avec Greg Lake, c’est une figure de proue du rock progressif qui s’en va. Après avoir fréquenté Mick Taylor - futur guitariste des Rolling Stones - au sein de The Gods, il rejoint King Crimson en 1968 où il officie comme chanteur, bassiste et guitariste aux côtés de son ami d’enfance Robert Fripp. Ensemble, ils vont marquer l’histoire de la musique avec leur album "In The Court Of The Crimson King" sorti l’année suivante. Considéré comme l’acte fondateur du rock progressif, il a imposé un nouveau genre où se croisent rock, musique classique et esprit jazz. Pete Townshend, guitariste des Who, le qualifiera "d’étrange chef-d’œuvre", rapporte "The Guardian".

Une source d’inspiration

En 2010, Kayne West a donné une nouvelle jeunesse au plus emblématique des titres de l’album en utilisant des samples de "21st Century Schizoid Man" sur son tube "Power".

L’aventure avec King Crimson ne durera que le temps de deux disques. Greg Lake s’acoquine avec le claviériste Keith Emerson et le batteur Palmer pour fonder Emerson, Lake and Palmer, avec qui il connaîtra le succès dès le premier album sorti en 1970. Outre ses prestations scéniques spectaculaires, le trio sera régulièrement cité comme source d’inspiration par des groupes de heavy metal tels que Iron Maiden.

Dans un tout autre registre, Greg Lake s’est aussi fait connaître du grand public cette fois, grâce à un succès de Noël. En 1975, son titre "I Believe In Father Christmas" s’est hissé à la deuxième place des charts britannique.