Musique / Festivals

Victime d’une mauvaise réputation gorgée d’a priori, le rap n’a pas souvent droit de cité dans les festivals rock belges. Pendant que certains événements comme Dour et Couleur Café travaillent au changement des mentalités (en aménageant des plages horaires conséquentes), l’Inc’Rock Festival 2011 y va franco en dédiant tout son dimanche à la musique hip hop. "Avec cette affiche, c’est un peu l’exode de musiques urbaines en milieu rural", sourit Benoît Malevé, son organisateur. "Car en dehors des villes, on ne constate que très peu d’événements de cette ampleur." Les deux scènes (plantées en extérieur et sous chapiteau) du festival accueilleront ainsi une vingtaine d’artistes dont Original Uman, CNN199 et l’Algerino. Sans oublier Akro en fin de soirée, suivi d’Akhenaton et Faf Larage, en duo pour présenter leur We Luv New-York. "Le milieu hip hop n’a pas beaucoup d’occasion de se retrouver en festival, nous avons pu négocier une aide avec la communauté française pour le mettre en avant cette année" poursuit Benoît Malevé. "Nous avons en outre organisé un concours tremplin hip hop à Wavre avec un nombre record d’artistes inscrits : 125 contre 50 pour son équivalent rock à Jodoigne." Si les musiques urbaines crépiteront à l’heure de la messe, l’Inc’Rock prévoit également deux premières journées plus rock et grand public avec notamment Stromae, Suarez (&friends) et les Tellers (le samedi) mais aussi Puggy, My Little Cheap Dictaphone et Pony Pony Run Run (le vendredi). "Nous essayons quand même quelques incursions" conclut Benoît Malevé. "BD Banx et Buenas Ondas se glisseront vers des journées - respectivement pop rock et hip hop - qui ne leur étaient a priori pas destinées."(M.-H.T.)

Incourt, rue de la Bruyère, du 6 au 8 mai, dès 13h, 20 à 25 € (1 jour), 30 à 35 € (2 jours) et 40 à 45 € (trois jours). Infos : www.incrockfestival.be