Musique / Festivals Un éclatant festival pour fêter le retour du monstre, après 50 ans de silence… et de travaux.

Les orgues de salle sont rares, leur répertoire est infini, autant dire que la résurrection d’un instrument tel que celui qui sera "inORGuré" ce vendredi dans la grande salle du Palais des Beaux-Arts est un événement qui compte. On a pourtant failli ne plus y croire… Les malheurs du noble instrument commencèrent par un incendie, en 1967, suivi d’un sauvetage partiel, anéanti cette fois par une inondation (l’orgue est sous la verrière…). Il fallut attendre 1988 pour voir naître un projet de restauration digne de ce nom, lui-même soumis à mille obstacles matériels, querelles d’ego et conflits d’école. Mais le but est aujourd’hui atteint, notamment grâce à la hauteur de vue de certains, dont Bernard Foccroulle, et à l’apport décisif de fonds privés, mécènes et donateurs. Les machineries - hypersophistiquées - furent placées en février 2016, il fallut encore plus d’un an pour régler les points techniques et harmoniser les tuyaux (travail délicat mené la nuit, lorsque Bozar dort) et, depuis août, l’orgue sonne ! Coloré, puissant, expressif, nuancé, il fait vibrer la salle et les corps, sans saturation ni agressivité, rien que par une richesse sonore d’autant plus émouvante qu’elle est proprement inouïe en ces lieux.

Créations, musique klezmer, chœurs, cinéma

Le public pourra s’en faire une idée au cours du festival d’"InORGuration" qui ouvrira la saison de Bozar, du 15 au 22 septembre. Sept concerts, des artistes internationaux de premier plan - citons Olivier Latry (titulaire de l’orgue de ND de Paris), le pianiste Pierre-Laurent Aimard, les organistes Thierry Escaich, Yoann Tardivel, David Timm et Eric Mairlot, le Trio David Orlowsky (klezmer), le Chœur d’hommes national d’Estonie, ainsi que l’ONB, l’Orchestre symphonique de la Monnaie, le Brussels Philharmonic et l’OPRL - et quatre créations mondiales - le "Concerto pour orgue" et les "Dickinson Songs" de Benoît Mernier, "E vidi quattro stelle" sur des textes de Dante, de Bernard Foccroulle, ainsi que la musique de Karol Beffa pour le film "Der letzte Man" de Murnau.

Bozar, du 15 au 22 septembre. Infos : 02.507.82.00 ou www.bozar.be ou www.monnaie.be