Musique / Festivals Jusqu’au 13 août, à Paris, la Philharmonie se met à l’heure jamaïcaine. "Jamaïca Jamaïca" retrace l’histoire de l’île et l’influence des notes sur sa trajectoire socio-politique au fil des années. Une très belle expo qui ravira au-delà des aficionados.

C’est l’histoire d’une île minuscule perdue au milieu des Caraïbes. Un petit iceberg tropical, à peine plus grand que la Corse, dont le destin sera musical. Une musique qui trouvera ses racines dans le jazz ou le blues, mais dont les origines remontent à l’esclavagisme et aux traditions héritées de la colonisation des XVIIIe et XIXe siècles. Dès les années 1950, elle servira de base à l’émergence des musiques urbaines (popularisant les notions de DJ, de sound system, de remix, de dub) telles que nous les connaissons aujourd’hui. C’est l’histoire de la Jamaïque…

L’exposition de la Philharmonie "Jamaïca Jamaïca" s’attelle à retracer cette histoire et à la mettre en perspective au regard des conflits qui suivirent. Une décolonisation par les notes - voyant le pays passer de l’esclavage au panafricanisme (doctrine prônant l’union des populations noires du monde entier) - racontée au moyen d’objets, de photos, d’images et de films rares empruntés à des collectionneurs privés et à des musées jamaïcains, américains ou britanniques.

Le visiteur, qu’il soit amateur du genre ou profane en la matière, aura plaisir à se perdre dans les allées de la Philharmonie, les mirettes emplies de rouge, de jaune et de vert - les couleurs panafricaines, souvent associées à tort à la Jamaïque car popularisées par les rastafaris - et les oreilles chatouillées de reggae, de burru, de mento, de ska, de rocksteady, de dub ou de dancehall, qui furent autant de catalyseurs de la grogne d’un peuple. Il y croisera aussi les héros de l’histoire, de Bob Marley (première superstar du tiers-monde et produit d’appel s’il en est) au "Moïse noir" Marcus Garvey (militant du panafricanisme et figure politique), en passant par Peter Tosh, Lee "Scratch" Perry ou King Tubby (célèbre ingénieur-son). Un parcours en sept étapes chronologiques.

(...)