Musique / Festivals

Connaissez-vous le centre géographique de la Belgique?... Il est situé à la place du Tram, dans la localité brabançonne de Nil-Saint-Vincent, commune de Walhain. C’est là qu’en 2007, une bande de copains créa l’un des trop rares festivals folk-pop-rock de la "Jeune Province". Six ans plus tard, Jyva’Zik - le festival au piment - a mûri. Histoire d’accompagner un succès grandissant au fil des éditions (5 000 festivaliers en 2011 contre quelques centaines à ses débuts), l’événement walhinois avait migré une première fois vers le centre de Nil. L’an dernier, nouvelle transhumance, et non des moindres! Le Jyva’Zik prenait d’assaut les ruines du vieux château de Walhain, installant ses deux scènes au pied de ce site classé.

Voilà pour le décor. Pour le reste, Jyva’Zik se résume en deux mots: éclectisme et éthique. Prenant place dans la foulée des grands festivals de l’été, Jyva’Zik se doit, en effet, d’éviter de (trop) recycler les groupes ayant fait parler d’eux au cours de la période estivale, et, si possible, d’offrir l’une ou l’autre exclusivité. Arnaud de Brye, programmateur, s’ingénie ainsi depuis six ans à concocter un cocktail "pimenté et métissé". Sur deux journées - vendredi 21/9 à partir de 18h et samedi 22/9 dès 13h -, cela donne, pour la sixième édition, une affiche tout à fait alléchante. En témoignent les deux têtes d’affiche : Cali et Zita Swoon Group. On y ajoutera, sans risque de faire fausse route, le Britannique King Charles (vu et entendu aux Ardentes de 2011).

La présence de Cali au pied du château de Walhain permettra-t-elle d’élargir les horizons - en termes de public, s’entend - du Jyva’Zik? C’est clairement le pari d’Arnaud de Brye. "Il a été séduit par le site! Ce sera le Cali dans sa version acoustique et intimiste, avec Steve Nieve au piano (NdlR : le monsieur a joué avec Elvis Costello, Alain Bashung, Sting...)." Steph Kamil (Zita Swoon Group), de son côté, se présentera avec deux musiciens burkinabés, offrant un mélange inédit de blues et de musique mandingue... Autres groupes très fréquentables à l’affiche: David Bartholomé, Dan San, Gaëtan Streel ou encore la joyeuse bande de l’Orchestre international du Vetex.

Pour le volet éthique, le Jyva’Zik persiste et signe dans ses options originelles. Au-delà de la quinzaine de concerts, les festivaliers, petits et grands, auront à nouveau tout loisir de se divertir (avec le traditionnel "village des enfants" et, nouveauté, une ribambelle d’artistes de rue) et de s’informer (en parcourant un "village thématique" dédié aux migrants).

Les 21 et 22 septembre, vieux château de Walhain. Infos : www.jyvazik.be