Musique / Festivals

S'il a choisi un pseudonyme chargé à la chevrotine, Kalash est né Kevin Valleray à Strasbourg il y a 29 ans. Chanteur et rappeur de pedigree martiniquais, le jeune homme s'est vu transmettre l'amour des notes par un père très croyant et surtout totalement fanatique de Bob Marley. Il en a gardé la foi et le goût des rythmes jamaïcains et du dancehall, scène sur laquelle il fera ses premiers pas quelques années plus tard.

© D.R.

L'été 2015, sa carrière prend un tournant décisif avec la sortie du titre "Bando" (à écouter ci-dessous), sorte de gangsta rap tropical qui lui vaudra d'être adoubé par le taulier du rap français Booba. Un véritable tube, qui ouvrira moins d'un an plus tard son troisième album, "Kaos", estampillé 92i (label de B20). Il y a peu sortait le quatrième, "Mwaka Moon", appelé à un succès plus retentissant encore.

Sur le morceau-titre, Kalash croise le vers avec Damso, terminator de la scène hip hop belge et autre protégé du pré-cité Elie Yaffa. Ils sont les deux pur sang de son écurie, et dans les chiffres les chefs de file du rap en français actuellement. Un tandem parfait qui devait tout écraser dans ses foulées. Après une semaine d'exploitation, le single comptabilisait 6,35 millions de streaming, détrônant ainsi la scie "Despacito" et établissant un nouveau record en France. 

Mais ce n'est pas le seul atout de cet album maousse costaud qui sent bon les vacances et la piste de danse, fort de vingt plages (où l'on croise aussi Niska, Lacrim, King Ko$a, Mavado, Di Genius, Vybz Kartel et Satori) qui devrait permettre de patienter en attendant le retour de l'astre solaire.

> 1CD (92i/Universal).