Musique / Festivals

Une porte s'ouvre, une personne sort, une autre rentre: les entretiens à la chaîne, Silvain Vanot connaît. Mais cette fois, il est de l'autre côté de la barrière. Il y a quelques années, c'est lui qui posait les questions en tant que professeur de lettres au cours Saint-John-Perse à Paris. Serait-ce de cette expérience qu'il a gardé ce côté sévère et intimidant?

Aujourd'hui, ce reconverti au parcours atypique sort son cinquième album, `Il fait soleil´. Et même s'il ne rapporte pas beaucoup de dividendes à sa maison de disques, cette dernière le soutient tout comme une certaine presse et quelques collègues - non des moindres: Souchon et Murat en tête. C'est d'ailleurs le second qui le remarque, en 1993, séduit par ses compositions poétiques. Après l'avoir présenté à son propre label, le chanteur auvergnat lui propose la première partie de sa tournée. Voilà pour les débuts, et une carrière cantonnée ensuite dans une certaine confidentialité.

FORMAT CLASSIQUE

Avec un bagage davantage littéraire que musical, Silvain Vanot propose des chansons au format très traditionnel. `Si on me qualifiait d'académique, cela me gênerait´

Rétorque un homme qui aime comparer les différentes formes que prennent les chansons à travers le monde afin d'en souligner leur universalité. `Une chanson brésilienne et une sicilienne peuvent posséder des similitudes, que ce soit dans l'utilisation des refrains ou d'une même tonalité.´ C'est donc en fin connaisseur qu'il a intégré, par petites touches, des influences venues d'ailleurs. Ainsi sur `Rame le canot´, il a fait appel à un accordéoniste malgache. `Non pas pour sonner `world music´ ni faire de la récupération de patrimoine, mais juste pour le plaisir de faire se rencontrer des éléments qu'on pourrait croire disparates.´ Et le conditionnel est de rigueur puisque ce même accordéoniste, invité un jour à jouer à la Nouvelle-Orléans, s'entendit dire: `Mais on ne t'a jamais vu ici, pourtant ton jeu est étonnamment cajun.´ Quand les passerelles s'installent...

Si Silvain Vanot a intitulé son album `Il fait soleil´, n'allez pas croire que tout soit devenu lumineux dans l'univers de ce poète réputé pour côtoyer les ténèbres. C'est que l'homme adore aller là où on l'attend le moins. `Il fait soleil´ est une reprise. Je trouve que Jean-Roger Caussimon arrive à dire de façon très claire, très franche, ce que moi j'exprime de façon plus biaisée. Cette espèce d'aspiration au bonheur, même si elle est contrariée. Elle est un peu la clé du reste de l'album. Voilà pourquoi elle l'ouvre.´

Pour ses quatre précédents albums, le chanteur n'avait jamais fait appel à un producteur. Par isolationnisme? `Non, j'avais envie de tout assumer. Il me semblait que j'avais les idées nécessaires. Evidemment, cela ne suffit pas. Avec un producteur, qui prend la responsabilité de la réalisation artistique, je n'avais plus à choisir tout seul. Par exemple, sur `J'en ai assez´, il y a un morceau de guitare saturée à l'archet. S'il n'y avait eu que moi, j'aurais refait cette partie toute la nuit. Jacques Ehrhart m'a très vite dit: OK, c'est bon, il y a tout ce qu'il faut.´ Et l'artiste de se laisser guider par celui qu'il désigne comme un des rares producteurs lacaniens en France! - par ailleurs qualifié de technicien de haut niveau par Henri Salvador pour son travail sur `Chambre avec vue´.

PROF DE CHANT

Côté voix, il ne faudrait pas pousser celle de Vanot dans ses retranchements, car elle a très vite tendance à chevroter. Est-ce pour cela qu'il a pris des cours de chant? `Ce n'est pas une première. Cette fois, j'avais des inquiétudes liées à une sinusite chronique. J'avais l'impression d'avoir perdu mon timbre.´

Ce que le professeur infirme: `Le timbre, ça va, c'est le reste qui ne va pas. Enfin, il n'a pas présenté les choses comme cela.´ Et comment s'appelait ce délicat maître? `Richard Cross. Entre- temps, il est devenu quelqu'un de connu par le biais de l'émission `Popstars´.´ Et sa première enseignante, madame Charlot, a-t-elle dispensé des cours aux élèves de la Star Academy? `Non, ce n'est pas le genre. Encore que, quand je me rendais chez elle, je voyais sortir des gens d'AB Productions comme Dorothée. Elle a aussi donné des cours à Bertrand Cantat ou à Alain Souchon.´

Au fait, quel doit être à ses yeux l'apport d'un professeur de chant? `L'aisance. Il ne peut pas changer ce qui est inchangeable, mais il peut conseiller en disant: ça tu peux faire, ça c'est difficile, ça tu le fais très bien, ça tu pourrais faire mieux. Donner des trucs techniques. Apprendre à se débrouiller avec son outil pour l'utiliser au mieux. Surtout ne pas croire qu'il va vous transformer en Sinatra...´

`Il fait soleil´, un CD Labels, distr. Virgin.

© La Libre Belgique 2002