La fête est bien au rendez-vous

MARION GAUTIER (St.) Publié le - Mis à jour le

Musique / Festivals C'est sous un soleil de plomb que se déroulent actuellement les Francofolies de La Rochelle. Le petit vent qui habituellement souffle sur la ville a disparu pour laisser la place aux airs de musique. De toute la France - et au delà! - le public s'est déplacé et s'est réuni pour célébrer la musique à la française.

Le 14 juillet, jour de la fête nationale française, le public s'est réuni en masse aux différents concerts. La place Saint Jean d'Acre semblait pouvoir offrir un peu de fraîcheur aux festivaliers. Mais le thermomètre n'a pas baissé. Sur la Grande Scène. Mon Côté Punk, les Cowboys Fringants, le Saïan Supa Crew (accompagnés de Patrice) ont ouvert le bal. Si, à la fin de la prestation des Cowboys Fringants, les tribunes étaient toutes occupées, la place Saint Jean d'Acre en revanche n'était remplie qu'à moitié.

Un feu de musique

À 22h55, le feu d'artifice annuel est tiré de la mer, entre la plage de la Concurrence et la plage de la Poudrière. Vingt minutes après, les Têtes Raides (à voir à Spa) font leur entrée rock'n'roll sur scène. Les huit compagnons de vingt ans vont offrir 1h30 de show très électrique à un public de plus en plus hétérogène. Les Têtes Raides ont réussi le pari de séduire différentes générations d'adeptes de musique, mélangeant le punk, le rock et la musette. Huit ans après leur premier passage aux Francos, lors de leur première partie pour Louise Attaque en 1997, ils sont les mêmes. Ils ont la même fougue et la même volonté de mélanger les genres. Leur hymne, «Ginette» fait toujours autant trembler et valser la foule. Ils ont chanté différents albums de «Chamboultou», à «Viens» en passant par «Qu'est qu'on se fait chier». Chacun retrouve de sa vie, surtout quand il est question de chat, de pâtes au beurre ou de sorcière. Mais sur scène s'invite un message politique visant la politique des «sans-papiers» du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy. Ils ont aussi repris la chanson «L'Identité», composée avec Bertrand Cantat (le leader du groupe Noir Désir, actuellement incarcéré). C'est donc avec un grand plaisir que l'on retrouve cette formation de musiciens complets et toujours un peu déjantés.

Samedi 15 juillet, l'affiche des Francofolies était tout aussi bien fournie. A la Salle bleue de la Coursive, les Belges se sont fait entendre. D'abord Marie Warnant et ensuite les Liégeois Été 67 (l'une et les autres à suivre à Spa). Ces six copains ont su montrer que la scène rock montante est capable de beaucoup même si elle s'inspire des plus grands.

En scène gratuite, la Chango Family de Québec a tenu en haleine les festivaliers pendant plus d'une heure de fête sur la scène de la Grosse Horloge. Le groupe avait même anticipé sur l'horaire en jouant toute l'après- midi sur le Vieux Port et dans les rues, charmant le public par ses sonorités tziganes, reggae et ska. À ne pas manquer, eux non plus, à Spa - en concert gratuit - ces dix musiciens entourant Lundo, le chanteur du groupe alternant le français, l'anglais ou l'arabe. Tout donne envie de danser. Ils sont drôles, ils jouent avec les mots et font voyager l'auditoire.

De La Rochelle à Spa

Après Didier Wampas (qui est passé la veille sur la Grande Scène), une autre figure marquera ces Francofolies 2006: Dionysos. Entre un slam géant qui lui a permis de traverser de part et d'autre la foule (particulièrement nombreuse samedi) et l'organisation du premier pogo silencieux, Matthias Malzeu (le chanteur) s'est affiché en toute harmonie avec un public qui connaissait ses chansons rock de son dernier album «Monster in love» sur le bout des doigts. Un réel succès musical et scénique. Il a fait bouger le public de Saint Jean d'Acre comme peu d'artistes l'ont fait auparavant. Dionysos s'est donné tout entier à la foule, se jettant à corps perdu dans un show surréaliste. Les fans attendaient quelque chose de spectaculaire: ils en ont eu pour leur argent. C'est un vrai groupe de scène qui sait séduire et qui donne envie de participer à ses plus folles propositions (la foule de La Rochelle ne s'y est pas trompée, on a pu l'entendre bien au-delà de l'autre rive du port!). Musicalement ce club des cinq est très rock, et la violoniste du groupe tient une grande place dans cette formation très masculine. Il faut noter un gros travail de sécurité, pour suivre le chanteur déchaîné dans la foule!

Pour lui succéder, le groupe Louise Attaque (beaucoup plus calme) a interprété d'anciens tubes et de nouvelles chansons. Les «Louise» seront aussi de la fête aux Francofolies de Spa.

De l'avis général, c'est pour le moment un succès que connaît cette édition 2006 des Francos de La Rochelle. L'envie de faire la fête et de voir ou de découvrir des artistes donne au festival une ambiance de forte convivialité entre ses divers acteurs: organisation, artistes et public.

On l'a vu, de nombreux artistes de la version rochelaise des Francofolies sont à retrouver à Spa pour 5 jours fête à partir du 19 juillet. A vos agendas!

Web www.francofolies.be

© La Libre Belgique 2006

MARION GAUTIER (St.)

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM