Musique / Festivals En 2016, le streaming a poussé les ventes de musique dans le vert en Belgique.

L’embellie constatée en 2015 a été confirmée en 2016 : les ventes de musique sont dans le vert en Belgique, en croissance de 6,9 % indiquent les chiffres de la Belgian Entertainment Association Music (BEA Music). Sans surprise, c’est le streaming (l’écoute de musique en ligne) qui a dopé le marché l’an dernier. Dans sa version payante, il a progressé de 64,3 %. Et ce n’est pas fini espère le secteur ! "Le pic de musique payante en streaming est loin d’être atteint et, comparé à d’autres pays, comme chez nos voisins des Pays-Bas ou en Suède, il existe encore un grand potentiel de croissance en Belgique", fait savoir Olivier Maeterlinck au nom de BEA Music.

Même si les ventes sur support physique restent majoritaires chez nous (environ 54 % dont 47 % de CD, 5 % de vinyles et 1,5 % de DVD musicaux), la tornade streaming semble partie pour tout emporter sur son passage. Et ce n’est pas le modèle révolutionnaire de l’iTunes Music Store qui à l’aube des années 2000 a permis à Apple de bouleverser l’industrie musicale qui y résistera. En effet, les ventes de musique par téléchargement ne cessent de reculer, plus que pour tout autre type de support. Elles plafonnent sous les 13 % en 2016, là où l’écoute en streaming représente 33 % de la musique achetée. La fin du modèle iTunes aura été aussi subite que son ascension voici une quinzaine d’années. En deux ans, le streaming, encore honnis par les plus grands artistes voici quelques mois pour des questions de rétribution (Taylor Swift, Prince de son vivant) et toujours boycotté par d’autres (Jean-Jacques Goldman et Francis Cabrel notamment) s’est imposé comme le nouvel Eldorado de l’industrie musicale.