Musique / Festivals

Un peu plus d’un patient sur deux survit 5 ans après le diagnostic.

8.000 nouveaux cas de cancers bronchiques sont détectés chaque année. En 2014, 8.452 nouveaux diagnostics, selon le Belgian Cancer Registry. Généralement, dans "deux tiers des cas" , ils sont souvent révélés à des stades avancés. "Malheureusement, ce cancer est meurtrier" , déplore le Dr Guy Jerusalem, directeur du service d’oncologie médicale au CHU de Liège.

Les chances de survie sont peu nombreuses. 75 % des patients décéderaient des suites de la maladie. 25 % seraient des survivants, ou, au moins, vivraient 5 années supplémentaires. "25 % c’est optimiste" , regrette le spécialiste. "Dans la réalité, on est plus proche des 10 à 15 % que des 25 %… Et si l’on parle de survie jusqu’à 5 ans après le diagnostic, ce n’est malheureusement pas le cas." L’oncologue évoque "un ou deux ans" de sursis supplémentaire.

Au-delà de 70 ans, le patient est plus fragile face à la maladie. "Il faut tenir compte de la comorbidité, avec des facteurs favorisant comme le tabagisme, les problèmes cardiaques, la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)…" , détaille le spécialiste. "Les organes d’une personne âgée sont aussi moins performants. De plus, très souvent, ils prennent d’autres médicaments et cela peut créer des interférences. Cela réduit l’efficacité ou, au contraire, peut s’avérer plus toxique. Les chances de s’en sortir sont moindres."

Guy Jerusalem ajoute cependant, donnant un peu d’espoir : "Si le cancer du poumon est limité, qu’il n’y a ni ganglions ni métastases, par l’acte chirurgical, il y a de vraies chances de s’en sortir." Les traitements proposés sont nombreux et sont proposés au cas par cas : la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et l’immunothérapie.

Les fans ont vraiment peur

"Si Laura a fait le voyage, c’est qu’il y a des raisons…"

Dans certains milieux, des rumeurs sur la mauvaise santé de Johnny courent depuis novembre. Nadine Kerwyn, une des fans les plus actives de Belgique : "Je n’ai pas eu d’informations particulières, mais je suis inquiète depuis la Noël. Je n’en dors plus. Johnny n’a plus du tout donné de nouvelles. Et ça, ça n’est pas normal. Il y a eu, à Noël, une photo sous le sapin. Rien en janvier. Rien en février. Il devait revenir en Europe pour une signature de bouquins et pour l’avant-première d’un film. Il a tout annulé. Quand j’ai entendu parler du message posté par Laura, j’ai été effondrée, mais pas surprise : je m’attendais à quelque chose. Mais je suis certaine qu’il sera sur scène le 1er juin : on connaît Johnny, il ira jusqu’au bout !"

À Namèche, Bernard Marchal et Christine Bodart comptent parmi les inconditionnels : "Nous sommes inquiets, oui. Mais nous avons cessé de chercher des informations partout et nous avons coupé Facebook. Il y a trop de n’importe quoi et aussi des méchancetés. Nous ne voulons pas voir ça."

Inquiétude aussi chez Charly Depessemier, à Bruxelles : "Si Laura a fait le voyage, à Los Angeles, c’est qu’il y a des raisons."

Le cas de Jacques Brel

On peut vivre plusieurs années avec un cancer du poumon.

© Angeli / Reporters

Jacques Brel et Johnny avaient beaucoup plus de points communs qu’on le pense. Entre autres, ceux d’avoir beaucoup fumé et pas mal picolé. Brel est mort le 9 octobre 1978, alors qu’il était soigné pour un cancer des poumons qui avait été diagnostiqué en novembre 1974. Il a vécu quatre années avec sa maladie.

Première remarque : c’était il y a quarante ans et la recherche a évolué depuis. La deuxième, nous la devons au professeur Israël, le cancérologue qui l’a soigné et qui nous avait raconté en 2008 : "S’il n’y avait eu, dans le cas de Brel, que le cancer, nous aurions pu le guérir. Mais il a interrompu son traitement. Ce qui a provoqué une phlébite suivie d’un œdème pulmonaire. La situation est devenue ingérable."

Le cas de Brel, en tout cas, indique qu’on peut vivre pendant plusieurs années avec un cancer. Après son opération, le 16 novembre 1974, les médecins lui avaient garanti que s’il n’y avait pas de récidive dans les cinq ans, il pourrait même se considérer comme définitivement guéri. À l’approche des quatre ans, le chanteur s’était mis à espérer. Mais en juillet 1978, aux Marquises, il s’est mis à tousser et à cracher du sang. Ce fut le début de la fin.

Johnny, souvent annoncé mort

Accidents d’auto, cancer du côlon, fausses rumeurs et même tentatives de suicide.

Les cigarettes, l’alcool, la nuit, les voitures que, dans sa jeunesse, il conduisait à toute vitesse et les motos qu’il semble avoir utilisées avec plus de prudence… Johnny Hallyday, à 20 ans, déclarait qu’il voulait "vivre vite et mourir jeune" !

La mort, il lui est même arrivé de la chercher. Mais avec le temps et la sagesse, la chose prit, chez lui, une autre dimension. En 1998, à 45 ans, il déclarait que, souvent, il se réveillait la nuit, terrorisé par l’idée de la mort. Un spectre qui a souvent accompagné son existence.

10 septembre 1966 Tentative de suicide Son fils, David, est né depuis un mois et voici que Johnny apprend, par son avocat, que son épouse, Sylvie Vartan, veut demander le divorce. Pour comble, le chanteur croule sous les ennuis avec le fisc. Ce jour-là, son secrétaire, Tony Holgado, et son attaché de presse, Gil Paquet, l’attendent pour l’emmener à un spectacle. Il ne sort pas de la salle de bains. Les deux le découvrent étendu dans son sang : Johnny, 23 ans, a pris des barbituriques avant de se trancher les veines. On apprendra, plus tard, que c’est la troisième fois qu’il fait ça. Pour éviter les curieux, Johnny est emmené à l’hôpital dans le coffre d’une voiture. À 23 heures, il est hors de danger. Son disque suivant sera Noir, c’est noir .

20 février 1970 Accident de voiture sous la grêle, sur la route de Besançon. C’est surtout Sylvie Vartan qui, après avoir traversé le pare-brise, en sort sérieusement blessée au visage. Elle sera opérée deux fois à New York. Pour Johnny, 27 ans, c’est le quatrième gros accident.

1979 Fausse rumeur Sylvie Vartan reçoit un coup de téléphone anonyme lui annonçant la mort de Johnny. Lequel n’apprécie absolument pas. Il portera plainte contre X.

24 juillet 2009 Cancer du côlon ! Ce jour-là, Johnny a fait une chute sur un yacht, au large de Monaco et il s’est déboîté la hanche. Les assureurs de sa tournée lui demandent de profiter de sa présence à l’hôpital pour effectuer un bilan de santé. On décèle un début de cancer du côlon. Il est opéré aussitôt. "Cela a été pris à temps" expliquera-t-il à Télé Star. "Cela aurait pu devenir grave si on avait attendu quelques mois."

7 décembre 2009 Dans le coma ! Le 26 novembre, à Paris, il avait été opéré d’une hernie discale. Dans les jours qui ont suivi, il a pris l’avion pour Los Angeles. Et ce fut la catastrophe. Nouvelle hospitalisation. Nouvelle opération. On a parlé d’un coma artificiel, afin de lui éviter les douleurs. Lui, il a affirmé qu’il était passé à deux doigts de la mort. Ce qui est sûr, c’est qu’à son réveil, Johnny n’avait plus de voix. Heureusement, elle est bien revenue.

27 août 2012 Alerte cardiaque Le magazine Gala révèle que, sur l’île de Saint-Barthélemy, où il se trouvait en vacances, Johnny a eu un malaise cardiaque alors qu’il nageait. Il a été transféré dans un hôpital de Pointe-à-Pitre.

6 août 2016 Les réseaux sociaux Un "Johnny vient de nous quitter" est suivi d’un "Décès de Johnny Hallyday - Les proches du chanteur confirment" . Des radios commencent à reprendre l’info. Mais Johnny est toujours là et, sur Twitter , il publie une photo de lui avec un copain et un commentaire : "Tout va très bien ! Je suis en pleine forme ! Mort aux cons !"

Le concert à Bruxelles en juin ? "Le risque zéro n’existe pas"
© D.R.

Le producteur Valéry Zeitoun se veut rassurant pour le concert des Veilles Canailles en Belgique le 11 juin.

Il y a quelques jours à peine, Valéry Zeitoun, le producteur de la tournée des Vieilles Canailles - Hallyday, Mitchell, Dutronc - était à Bruxelles pour évoquer la nouvelle salve de concerts que les trois chanteurs donneront à partir du mois de juin (avec arrêt à Bruxelles, au Palais 12, le 11). L’occasion de passer en revue les mille et un détails de plannings, de listes de chansons et de musiciens auxquels il a dû faire face en mettant la tournée sur pied. L’occasion, aussi, et vu l’âge certain des trois protagonistes - 73 pour Johnny, 74 pour Eddy et 73 pour Jacques - de se rassurer sur leur état de santé. Surtout après l’affaire Polnareff qui le vit, voici quelques mois, annuler deux concerts.

Bottant en touche , Valéry Zeitoun s’en sortait par une pirouette. " Celui qui considère qu’être producteur, c’est ne pas prendre de risques, il faut qu’il fasse un autre métier ", disait-il. " Le risque zéro n’existe pas, il y a toujours un risque. Avec Polnareff comme avec tous les artistes. Regardez ce qui s’est passé au Théâtre Mogador : ils annoncent Le Fantôme de l’opéra, ça marche et le théâtre brûle une semaine avant la première représentation. Au niveau du risque, on est tous logé à la même enseigne. Si une tuile doit nous tomber sur la tête, elle nous tombera sur la tête. "

© Reporters / Bpresse

Elle est donc tombée mercredi soir, quand Johnny, sur son compte Facebook, a confirmé les rumeurs lancées par le magazine Closer : oui, il est atteint d’un cancer. Mais, que l’on se rassure, il va bien. Contacté par nos soins, Valéry Zeitoun ne souhaitait pas commenter la nouvelle, se bornant, par mail et via son tourneur en Belgique, à nous dire que " la seule communication officielle (qui se veut rassurante) est celle de l’artiste lui-même ".

Son film ne sort pas chez nous

Chacun sa vie , de Claude Lelouch, n’a pas (encore ?) de distributeur en Belgique.

S’ils veulent voir leur idole dans le prochain film de Claude Lelouch, les fans de Johnny vont devoir se rendre en France. Chacun sa vie y sort en effet le 15 mars. Alors qu’à ce jour, il n’est programmé dans aucun cinéma belge.

La raison ? Pour l’instant, aucun distributeur n’en a acquis les droits. Ce qui peut paraître surprenant, dans la mesure où Claude Lelouch a réuni le gratin du cinéma français : Jean Dujardin, Johnny Hallyday, Julie Ferrier, Marianne Denicourt, Christophe Lambert, Béatrice Dalle, Gérard Darmon, Nadia Farès, Antoine Duléry, Rufus, Chantal Ladesou, Jean-Marie Bigard, Francis Huster, Pauline Lefevre, Ramzy, Michel Leeb, Vanessa Demouy, Raphaël Mezrahi, Elsa Zylberstein, William Leymergie, Kendji Girac et trois de nos compatriotes, Stéphane de Groodt, Déborah François et Isabelle De Hertogh.

Johnny y tient son propre rôle. "Je n’aime pas trop les rôles de composition, il faut jouer avec les natures, avec les apparences, en tenir compte et les valoriser , explique Claude Lelouch. Ils sont donc chacun dans leur nature, mais je les pousse vers des territoires inexplorés, vers une autre densité. Ils savent qu’il faut que j’y croie, sinon je vais dire ‘coupez !’. Ce qu’ils connaissent de moi, c’est mon rejet de ce qui sonne faux. Ils se disent donc qu’ils vont défendre la situation mais qu’il faut que j’y croie. Ils sont tous venus, pour deux ou trois jours de tournage. J’ai fait ce film au nom de l’amitié et de la confiance. "

Chacun sa vie , que le cinéaste qualifie de "film choral sur l’intime" , retrace treize destins qui finissent par s’entrecroiser. Mais pour les découvrir, il faudra se rendre outre-Quiévrain à partir de mercredi prochain.