Musique / Festivals

Le hall est couvert de dessins d'enfants et d'un tableau représentant la place du Tertre à Montmartre, souvenir de son grand-père. Claudine Luypaerts alias Maurane reçoit les journalistes chez elle, à Schaerbeek, dans son salon-bureau, assise dans son fauteuil un peu usé, sans chichi. "On dit des choses plus intéressantes dans ce cadre, je crois." Entre deux déplacements, la bonne vivante qu'est Maurane a besoin de se retrancher dans sa tanière. "C'est toujours un bonheur de revenir ici, c'est mon havre de paix, l'âme de ma vie, cette maison. J'aime bien être dans mes choses, faire ma petite lessive, faire à manger, regarder mes séries préférées, "24h chrono" et "Six feet under". Je suis un peu... oursonne" Pas trop "star system", Maurane.

N'empêche. La chanteuse belge à la voix de velours, 46 ans, inspire le respect, auréolée d'une carrière lancée en 1980 par le 45 tours "J'me roule en boule", avant l'album "Danser" en 1986. En 2007, une dizaine d'albums plus tard (dont deux en trio Houben-Loos-Maurane), "la surprise est toujours là. Rien n'est jamais acquis. Chaque fois qu'on revient au Cirque Royal, même si on revoit les mêmes têtes, c'est une autre énergie, il n'y a pas la même chose dans l'air. Nougaro disait qu'il avait l'impression, chaque fois qu'il mettait les pieds sur une scène, de refaire ses débuts. On ne se lasse pas : il y a mille vies dans une vie".

L'envie de tout et le vide

N'est-ce pas elle qui clame, quelque part sur son site Internet,

"Je suis profondément mélancolique, confirme-t-elle.

La famille Maurane s'élargit

A côté de partenaires de longue date, Maurane, qui a toujours aimé s'entourer ("Je pourrais faire un album toute seule, mais j'aime tellement partager... ce serait dommage de se priver du talent des autres, qui sont autant de portes ouvertes sur le monde, et puis je suis lente, et de plus en plus perfectionniste"), Maurane donc, convie ici de nouveaux noms. Parmi ceux-ci (on compte six compositeurs et sept auteurs différents sur cet opus), il y a Daran. Le Français signe la moitié des compositions (et son compère Pierre-Yves Lebert, trois textes), tout en accompagnant la Bruxelloise ici et là aux instruments et au chant. "Je reçois des centaines de propositions, de textes, de CD. Et tout à coup, j'entends ou je lis un truc, et là, c'est le frisson, ça ne s'explique pas. Ca s'est passé comme ça avec les chansons de Daran - qui est un grand ami du papa de ma fille. Il y a, dans ses chansons, la gravité que je ressens en général, avec ce petit sourire, cette pointe d'optimisme"

En parlant de la grande "famille" Maurane, on songe à la pétillante Zoé, qui vient de sortir son premier album : l'ex-choriste de Maurane dit avoir beaucoup appris d'elle... "J'y crois beaucoup, c'est un sacré tempérament, son talent éclate de partout Elle avait une place énorme dans mes concerts, on s'amusait beaucoup ensemble." "sa maman est une amie, quelqu'un avec qui j'aimerais retravailler : reprendre quelques cours de chant

Et à propos de famille au sens propre, Maurane a toujours le projet de réaliser un album des compositions de feu son père, Guy-Philippe Luypaerts - qui dirigea le Conservatoire de Verviers. "L'idée est de retrouver toutes ses oeuvres, d'entrer en contact avec un orchestre, peut-être de faire de quelques-unes de ses pièces des chansons, d'inviter divers musiciens... C'est dans notre tête, mais pas encore concret". Parmi d'autres idées flottant dans l'air, il y a aussi le théâtre : "j'ai deux projets en ce sens, comme comédienne, mais je recule, je recule. Si je plonge dans une aventure théâtrale, je ne ferai que ça pendant un ou deux ans de ma vie", confie Maurane, laconique.

En attendant, "l'oursonne" rappelle qu'elle peut montrer les dents, dans le morceau caché "Rémoras, poissons-pilotes", façon cabaret de foire : "Cela parle des gens qui collent aux artistes, qui s'agitent pour rien, déplacent beaucoup d'air. Le poisson-pilote suce les bactéries des autres...".

Maurane, "Si aujourd'hui", un CD Polydor/Universal. En concert le 20 juin au Cirque Royal de Bruxelles (réserv. : 02.218.20.15).

© La Libre Belgique 2007