Musique / Festivals

Couleur Café, c'est toujours un petit concentré d'été. Même quand il pleut ou vente, ses cocktails et sa programmation sont toujours là pour nous rappeler la réalité du calendrier. Alors quand le mercure caracole au-delà des 30°, l'ambiance vire tropicale, et Tour & Taxis prend de faux airs de station balnéaire. A ce petit jeu-là, chacun a sa méthode pour se rafraîchir. Savoir trouver le vent coulis est parfois décisif. Il y a les affamés du gosier, qui s'abreuvent à foison de boissons houblonnées. Ou les acharnés du cocktail, qui se rafraîchissent le palais à grands frais. A ceux-là, nous rappelons, que l'alcool déshydrate, même s'il divertit de façon adéquate.

D'autres semblent avoir opté pour la solution offensive. Sur le coup de 18h, la Move se transforme en piste de danse inondée de mousse. Sans ménagement, les canons à Pec citron arrosent une foule échaudée qui en redemande. Debout sur son camion tel un chevalier, un pompier sympathique brandit fièrement sa lance pour arroser la foule. L'ambiance est au beau fixe.

Côté musique, la Chiva Gantiva inaugurait la scène Titan peu avant 17h. Belle ascension pour ce groupe bruxellois qui a connu d'autres estrades plus modestes dans ce même festival, et qui aujourd'hui tâte du podium principal. Dans la foulée, le soporifique Collie Buddz et son reggae-ragga poussif de supermarché nous a fait bien moins d'effet. Dans l'intervalle, les papys d'Israel Vibration ont à nouveau prouvé que la valeur n'attend pas le nombre des années (ni d'ailleurs la longeur du tar-pé). Et la vieille garde jamaïcaine a fait tanguer l'Univers une heure durant sans la moindre difficulté.

Moins âgés mais, eux aussi, vétérans de la scène qu'ils continuent de représenter, les fines lames de Starflam débarquaient juste à point en début de soirée. Avec de l'énergie à revendre. Dans le public, on reconnait aux mouvements des lèvres les fans trentenaires et des poussières des premiers travaux du combo. Nous faisons face à LA légende bruxello-liégeoise du hip hop noir-jaune-rouge qui opérait récemment un ersatz de come-back et arbore aujourd'hui de bien belles couleurs. Tirée vers l'avant par un Akro toujours pertinent et un Kaer particulièrement en jambes ce samedi. Seg' manque un peu de coffre, l'Enfant Pavé est (comme d'hab) à la traîne et DJ Mig 1 caresse les platines à l'ancienne. "El Diablo", "Ce plat pays" puis "Sous Pression" réveillent la foule de sa torpeur et la quatuor de rappeurs déboule sur scène "Comme une bombe des CCC". «Merci Couleur Café, vous êtes caliente...» Les malfrats linguistiques ont ainsi dessiné une voix royale pour les emcees qui vont leur succéder. Les petits Français de 1995 d'abord et, surtout, le cador US Busta Rhymes pour nous achever.

Tous les tweets sur Couleur Café