Musique / Festivals

Le tribunal de commerce de Bruxelles, siégeant comme en référé, a entendu jeudi les plaidoiries de toutes les parties dans le litige qui oppose la chanteuse belge d'origine grecque, Sophie Michalakoudis, dite Mika, notamment au chanteur britannique d'origine libanaise, Michaël Holbrook Penniman, connu également sous le nom de Mika.

A l'origine, Sophie Michalakoudis avait cité Forest National devant le tribunal de commerce, en novembre dernier, pour que le chanteur britannique ne puisse se produire en Belgique, sur base des lois relatives aux pratiques de commerce. Mme Michalakoudis avait expliqué elle-même au tribunal: "J'exerce depuis plus de 20 ans, j'ai construit mon patrimoine artistique, mais maintenant, je suis bloquée dans toutes mes démarches. On ne m'accepte plus parce qu'il y a une confusion possible avec Michaël Penniman".

Cependant, Michaël Holbrook, Universal et Live Nation, qui organisait le concert, avaient fait intervention volontaire au procès. De sorte qu'il était devenu impossible au tribunal de se prononcer avant la date du concert du 13 novembre, à Forest National. L'affaire fut donc remise pour être plaidée ce jeudi.

Néanmoins, peu après le concert, Sophie Michalakoudis avait annoncé à ses adversaires qu'elle renonçait à toutes ses procédures. Ces derniers n'ont pas enterré l'affaire pour autant et ce sont eux qui réclament aujourd'hui un total de 30.000 euros à la demanderesse, pour procédure téméraire et vexatoire, en plus des indemnités de procédure.

L'avocat de Mme Michalakoudis, Me Emmanuel Van Melkebeke, a indiqué que sa cliente avait eu raison d'entamer la procédure judiciaire puisque sa carrière est aujourd'hui au point mort, alors qu'auparavant, elle donnait une quinzaine de concerts par an. "Depuis la fin de l'année 2007, elle n'a pas réussi à se produire une seule fois. Les organisateurs de concert et les maisons de disque ont peur de tromper le public en produisant Mme Michalakoudis. Lui réclamer 30.000 euros aujourd'hui n'a pas de sens. Son seul salaire, c'est le mi-temps qu'elle occupe à la RTBF et qui lui rapporte environ 1.000 euros net par mois", a insisté Me Van Melkebeke.

Pour Forest National, Me Luk Deceuninck a rappelé que son adversaire avait réclamé 100.000 euros d'astreinte si le concert était maintenu et a considéré qu'elle avait ainsi exercé un chantage pour de l'argent, dans la mesure où, par la suite, elle avait annoncé qu'elle abandonnait toutes les procédures. Forest National lui réclame donc 10.000 euros.

Pour Live Nation, Me Didier Deneuter a réclamé le même montant, soulignant que Mme Michalakoudis avait surtout "mené la procédure dans la presse et elle y a eu son heure de gloire". "Maintenant, il faut assumer!", a observé le plaideur.

Pour Michaël Holbrook et Universal, Mes Nicolas Clarembeaux et Rocco Spagnuolo ont également réclamé 10.000 euros, insistant sur le fait qu'il n'est pas nécessaire que Sophie Michalakoudis ait été animée d'une intention de nuire pour que ses procédures soient considérées comme téméraires et vexatoires. La juge, Mme Robinstein, a indiqué que le jugement sera prononcé endéans le mois.