Musique / Festivals

Tammam est joueur de ney. Initié par son père, c’est même l’un des rares musiciens syriens à maîtriser parfaitement cette flûte de roseau arabo-persane dont l’usage remonte pratiquement à la nuit des temps. Comme il est "difficile de vivre de son instrument" à Alep, le jeune homme de 19 ans étudie l’ingénierie mécanique le jour et donne des cours de musique le soir, quand il ne se produit pas en concert.

Mais à l’été 2012, sa ville se mue en champ de bataille. Alep se trouve au centre d’un conflit qui ne cesse de se durcir, et s’affiche tristement en Une des médias internationaux. Invité à donner un concert à Madrid, Tammam décide de fuir, seul.