Petit guide ardent du dimanche

Nicolas Capart Publié le - Mis à jour le

Musique / Festivals

Ces Ardentes, cuvée 2012 et septième du nom, entament ce dimanche leur dernière ligne droite. Après l'éclectisme du jeudi, les assauts électroniques du vendredi et un samedi partagé entre envies rock'n'roll (des excellents Romano Nervoso, Experimental Tropic Blues Band, Jon Spencer Blues Explosion, tous trois impeccables) et grosses prestations hip hop (avec Joeystarr et 50Cent, deux poids et deux mesures), la quatrième journée ardente est traditionnellement plus familiale, oscillant souvent entre chanson française et succès FM populaires. Du coup, le menu est une fois de plus assez varié.

Cela commencera à la liégeoise, à l'heure de bruncher, avec les locaux Roscoe qui ne devront pas trop se mouiller à l'abri du béton de la Halle n°6. Pas plus d'ailleurs que leur collègue Gaëtan Streel, qui prendra leur suite sur la grande scène couverte peu après 14h. Moins chanceux, The Parlotones, quatuor sud-africain dont on nous dit le meilleur, devra lui slalomer entre les gouttes de la grande scène extérieure. Tout comme la jeune Londonienne Hollie Cook, progéniture de Paul (batteur des Sex Pistols), qui tentera de faire revenir le soleil armée de refrains reggae. Et ce, avant la visite d'une autre "fille de...", Eliot Paulina Sumner alias I Blame Coco et descendance de Sting.

Notre chouchou du jour n'est autre que François et ses Atlas Mountains, d'abord prévu aux alentours de 15h mais finalement déplacé à 16. On compte énormément sur la candeur pop et les mélodies pop gorgées de soleil du chanteur français et de ses complices pour tropicaliser l'ambiance de cet après-midi. Puis, il y aura les guitares successives de la brunette Sharon Van Etten (toujours hautement recommandable), du décidément très populaire Michael Kiwanuka, du sieur Rufus Wainwright, du folkeux doucereux made in Belgium Bony King of Nowhere et du duo latino Roberto y Gabriela. Ajoutez à cela les tubes en pagaille du Flamand Millow et ceux des Français M83, le répertoire sans fond du chantre Thiefaine, la pop mutante et tentaculaire de Yeasayer et les rappeurs US latinos Cypress Hill pour conclure en apothéose.

Publicité clickBoxBanner