Musique / Festivals

Et de 28. Le concert que U2 donnera cet été - le 1er août - à Bruxelles, sera le 28e du groupe irlandais dans notre pays. Et le quatrième sur la pelouse du Stade Roi Baudouin. Une longue, très longue histoire commencée un soir d’octobre 1980, quand Bono et ses comparses se produisaient au Klacik. Un événement, donc, comme chacun de leurs concerts. Mais qui aura, pour les fans, une saveur toute particulière puisque The Joshua Tree Tour célébrera le trentième anniversaire de l’album éponyme, sorti le 9 mars 1987, et sur lequel figurent des titres tels que "With Or Without You, I Still Haven’t Found What I’m Looking For" et "Where The Streets Have No Name".

Les dieux des stades

Ecoulé à plus de 25 millions d’exemplaires, "The Joshua Tree" a propulsé U2 dans une autre galaxie, celle des superstars et des superlatifs. Des salles de concerts, le groupe est passé aux stades, seuls capables d’accueillir les fans toujours plus nombreux. Et les récompenses se sont mises à pleuvoir.

Trois décennies de succès plus tard, et neuf ans après leur dernière tournée des stades - le 360° Tour, qui s’était arrêtée deux soirs, sold out, au Stade Roi Baudouin en septembre 2010 - l’heure est donc venue de remonter le temps et de revisiter tout l’album sur scène, pour la toute première fois. "Récemment, j’ai réécouté "The Joshua Tree" pour la première fois en pratiquement 30 ans", explique Bono dans une note d’intention. "C’est tout un opéra. Un tas d’émotions qui semblent étrangement actuelles, l’amour, la perte, les rêves brisés, la recherche de l’oubli. J’ai beaucoup chanté certaines de ces chansons… mais jamais toutes. Je suis prêt, et si notre public est aussi excité que moi… ce sera une belle soirée".

Même enthousiasme chez The Edge, son inséparable complice. "Il semble que nous avons bouclé la boucle depuis que les chansons de "The Joshua Tree" ont été écrites, avec le bouleversement global, la montée des politiques d’extrême droite et la remise en question de certains droits fondamentaux", dit-il. "Parce que ces chansons semblent pertinentes également de nos jours, donner ces concerts nous semblait la bonne chose à faire pour célébrer cet album. Nous avons hâte d’y être".

Les fans aussi, mais avant cela, et s’ils parviennent à acheter le précieux sésame - en prévente dès le 16 janvier à 10h - il leur faudra mettre la main au portefeuille. Si le prix du pack VIP est évidemment très élevé - jusqu’à 465€ - un ticket de base sera déjà proposé à partir de 41€.

Céline, Johnny et les autres

Le Joshua Tree Tour, qui démarrera à Vancouver le 12 mai, sera long de 24 dates, sur les continents nord-américain et européen. L’escale bruxelloise est, pour l’heure, la dernière de cette tournée anniversaire et sera, aussi, un joli cadeau pour la ville de Bruxelles, propriétaire des infrastructures.

"En moyenne, un concert au stade rapporte entre 150000 et 200000 euros", explique Marc Vlaeminck, le directeur de Pro Sport Event, organisateur des événements sur le plateau du Heysel. Un chiffre qui varie en fonction du nombre de spectateurs et de ce qu’ils consomment, puisqu’une partie des bénéfices des bars tombe également dans l’escarcelle de la ville.

Depuis le concert de Céline Dion en juin 1997, une vingtaine d’artistes se sont produits sur le plateau du Heysel. Pas toujours avec le même succès, et pas toujours dans les mêmes conditions météo. S’y sont succédé Johnny Hallyday, Bruce Springsteen, Robbie Williams, Genesis, Bon Jovi, Mylène Farmer, Madonna. Plus près de nous, on eut droit aux 55.000 (jeunes) fans (en délire) de One Direction, en 2015. Et aux déhanchés de Beyoncé en 2016.

Au rayon des ratés, on signalera encore une date de Springsteen finalement rapatriée au Sportpaleis d’Anvers, faute de combattants, en 2008. Et le concert des Rolling Stones, annoncé pour le 1er juin 2006 et reporté (à Werchter, l’année suivante) après que Keith Richards soit tombé d’une échelle dans sa bibliothèque. En 2007, 33.000 personnes sont également venues applaudir André Rieu, le 13 septembre. Soit trois semaines tout juste avant le match Belgique-Arménie. Résultat : une pelouse hors d’usage, qu’il a fallu changer dans l’urgence. "Mais aux frais de l’organisateur", précise encore Marc Vlaeminck. "C’est prévu dans le contrat. Le plus souvent, ce sont la scène et les décors qui causent des dommages." Outre U2, le Stade Roi Baudouin accueillera encore cet été deux concerts de Coldplay, les 21 et 22 juin. Et, peut-être, les Guns N’Roses en juillet.