Musique / Festivals C'est un retour qui fait grand bruit. Après avoir repointé discrètement le bout de sa voix en 2013 au micro de la formation Detroit, Bertrand Cantat reprenait les affaires et la lumière en 2017, et publiait début décembre dernier "Amor Fati", sa première plaque en solitaire. Pour rappel, l'artiste bordelais avait été libéré en 2007 (après une bonne moitié de sa peine), suite à une condamnation de huit ans de prison pour coups et blessures ayant entraînés la mort de sa compagne Marie Trintignant. Si les critiques fusent déjà depuis la sortie de ce disque solo, l'entame de la tournée afférente provoque aujourd'hui une nouvelle levée de boucliers.

Entretien