Pukkelpop, la revanche

Nicolas Capart Publié le - Mis à jour le

Musique / Festivals Passage en revue

C'est une année charnière pour les organisateurs du festival de la belle Kiewit. S'ils nous avaient déjà concocté à l'été 2011 un programme des plus alléchants, les astres déchaînés en avaient voulu autrement. Avec les conséquences dramatiques que l'on sait, malheureusement. Par conséquent, nous étions de la revue pour la venue du bad boy Eminem, des rockeurs Foo Fighters et celles des autres superstars alors conviées sur les podiums de la banlieue chic limbourgeoise. Pourtant, comme un symbole, la bande à Dave Grohl sera de retour du côté d'Hasselt et foulera ce samedi la première marche d'un line-up revanchard et dopé à la créatine. Petit tour d'horizon préventif, histoire de ne pas manquer les étincelles de ces trois jours de notes tous azimuts.

Comme le veut désormais la coutume, c'est dès le jeudi que le Pukkelpop déroule, avec une première journée qui risque bien d'être la meilleure du week-end. Habituée des sommets, l'Islandaise Björk occupera le haut d'une affiche 5 étoiles, secondée par le jeune DJ/producteur belge aux doigts d'or Netsky, la remuante Santigold, le toujours efficace Snoop Dogg et les sautillants Bloc Party. Pour le reste, comme souvent, le ton est éclectique.

Des guitares douces (Feist, Bowerbirds, Bony King, Lianne La Havas), électriques (The Horrors, Social Distorsion, Computers), expérimentées (Mark Lanegan), has-been (Bush) ou juvéniles (The Bots). Des courbes électroniques aussi, pour faire la joie des serial-clubbers, des locataires de la Boiler et autres adeptes de déhanchés épileptiques, des assauts dubstep du trio Nero aux refrains grivois de l'Israelien Borgore, des rythmiques bondissantes du duo allemand Modeselektor aux expérimentations barrées de Dorian Concept, sans oublier les live de Rustie et Nicolas Jaar ou le set marathon de Laurent Garnier et Scan X.

Côté pop sophistiquée, on attend de pied ferme Hot Chip et leur nouvel album, les excellents Django Django, les bricolages mélodiques de tUnE-yArDs ou la douceur aérienne des Chromatics. Enfin, au rayon hip hop, Ghostpoet et Rizzle Kicks tâcheront de seconder au mieux le Doggfather. Annulant sa tournée européenne, notre coup de cœur Frank Ocean n’inondera pas la plaine de son R'n'B sensuel.

Les poids lourds du vendredi seront les légendaires Stone Roses, The Afghan Whigs, Keane et la très en vogue Lykke Li. Mais les divas du dancing auront encore de quoi s'occuper utilement avec le Français Martin Solveig, notre résident du Berghain préféré Len Faki, l'impressionnant Californien Bassnectar, le son électro hip-hop du très hype Breton et les live respectifs de Digitalism, de Sebastian et de l'immense Carl Craig. Ce jour-là, on retrouvera avec plaisir Grandaddy, The Walkmen et Maxïmo Park. Puis l'amour funk/soul de Charles Bradley, les moustaches rock'n'roll des Eagles of Death Metal et la candeur blues/folk de Willis Earl Beal.

Enfin, outre la venue attendue de la clique rap Odd Future et la prestation annoncée en apesanteur du génial Four Tet, samedi sera rock ou ne sera pas. D'abord en raison d'un triplé Foo Fighters/Black Keys/The Hives qui risque de faire du dégât. Mais aussi avec Wilco, The Shins sur le retour, ce bon Jim Jones, les nordiques Graveyard, le vétéran Bob Mould (qui jouera "Copper Blue", NdlR.) ou encore l'ex-Pavement Stephen Malkmus et ses Jicks.

Publicité clickBoxBanner