Pukkelpop

C'est déjà sa 32e édition que sabrera jusqu'au bout de la nuit de ce samedi 19 août, la grand messe limbourgeoise du Pukkelpop. Avec un profil inchangé, qui s'étend toujours entre la soif de pointures mainstream ou la folie des grandeurs de Rock Werchter, et les envies underground et le partage de découvertes du Dour Festival.

Solange

L'an dernier, Solange (Knowles), frangine de la reine Beyoncé, publiait un troisième disque quatre étoiles – "A Seat at the Table" – se faisait un prénom et trouvait enfin la place qui lui revenait autour de la table très prisée du r'n'b de qualité . Plutôt en forme, elle nous avait impressionnés à Paris en juin. Malade, elle nous avait cruellement manqué à Dour en juillet. On espère donc que l'Américaine sera des nôtres au Pukkelpop, et l'on pressent un moment fort le cas échéant.

Jeudi 17 août, 20h50 @Main Stage


Maceo Plex

A 38 ans, le DJ américain est devenu l'un des meilleurs performers du moment et livre une Deep House aussi envoûtante que dansante dans la plupart des festivals de la planète. Malgré cela, Maceo Plex ne figurait pas sur l'affiche initiale, il a été appelé en renfort il y a quelques semaines pour remplacer au pied levé le technocrate français Len Faki. De notre point de vue strictement personnel, le festivalier n'est pas laisé. Maceo cogne (beaucoup) moins, mais fait bien davantage danser.

Jeudi 17 août, 22h00 @ Boiler Room


Ty Segall

Lui, on ne le présente plus. Hyperactif musicalement, le rockeur californien incarne de plus en plus le dernier espoir d'un rock'n'roll aux abois! Excellent musicien,Ty Segall est surtout un dynamiteur de scènes et un virtuose des shows énervés. Après une tournée un rien décevante avec les "Muggers", le revoilà en solo pour donner l'un des concerts les plus attendus de cette édition 2017.

Jeudi 17 août, 22h25 @ Club


Parquet Courts

L'autre gros show électrique attendu cette année sur la plaine de Kiewit. Plus "Punk" que "Garage", les quatre de Brooklyn sont plus à l'aise dans une petite salle du centre-ville que sur une plaine de festival mais qu'importe, lancer les hostilités du samedi avec leur chant énervé et leurs riffs acérés est une petite sucrerie. Plaisir d'autant plus coupable que les grands noms du rock manquent cruellement sur la Mainstage cette année.

Vendredi 18 août, 16h50 @ Club


Flaming Lips

Une licorne pour de vrai, des mains démesurées, des paillettes colorées, des ballons par milliers… Avec les Américains Flaming Lips, on ne sait jamais à quelle sauce on sera mangé, mais l'on sait par contre qu'on se s'ennuie jamais. Pour la sortie du 14e album "Oczy Mlody" de ces géniaux faiseurs de pop psyché, le cerveau bouillonnant de leur leader Wayne Coyne a plus que probablement imaginé une nouvelle scénographie spectaculaire et déjantée. A n'absolument pas manquer.

Vendredi 18 août, 19h45 @Marquee


Mount Kimbie

Depuis 2008, le tandem électro d'obédience hip hop formé par Dominic Maker et Kai Campos nous émerveille les écoutilles à intervalles réguliers. En 2013, il signait celui qu'on désignait à l'époque comme le single de l'année, surpuissant "You Took Your Time", conviant King Krule sur leur 2e album. Publié récemment, "We Go Home Together", extrait du 3e à venir (avec James Blake au micro cette fois), est jusqu'à nouvel ordre sur la première marche du même podium.

Vendredi 18 août, 20h50 @Castello


Sampha

Une voix de velours, un jeu de piano élégant, des compos en apesanteur et un groove à toutes épreuves… En février de cette année, Sampha (Sisay) publiait sur le tard un premier album gigantesque. Après ses coups d'éclat avec Drake ("The Motion", "Too Much") et deux albums très réussis au sein du duo SBTRKT, le chanteur britannique confirmait donc avec "Process" tout le bien que déjà l'on pensait. Et nous éblouissait dans la foulée en les murs de l'AB. On en redemande.

Vendredi 18 août, 22h45 @Club


Migos

Ceux-là nous viennent d'Atlanta et gratifient l'Europe de leur première visite. Quand Quavo, Offset et Takeoff – deux cousins et le neveu du premier – ne font pas joujou dans leur cuisine avec des M-16 en or plaqué, le trio aligne les tubes trap et recompte ses liasses de billets. A l'heure où ils sont programmés, on ne sait s'ils seront à peine levés ou encore en fin de soirée, mais nous pressentons un retard léger, redoutons un show bâclé, et espérons quelques instants enfiévrés.

Samedi 19 août, 14h05 @Main Stage




Tamer Nafar

Le Pukkelpop a perdu une partie de son mojo. Le festival qui programmait par le passé des Black Keys, des Datsuns ou des Kills en début de journée s'est largement formaté ou à tout le moins "standardisé", privilégiant des formations plus similaires les unes que les autres et lourdement diffusées sur la bande FM. Ceci étant dit, on trouve encore quelques pépites, comme ce rappeur israélien controversé dans son pays pour cause de paroles engagées et favorables à la défenses des arabe israéliens, dont les beats n'ont rien à envier à nos rappeurs nationaux.

Samedi 19 août, 15h05 @ Dance Hall



Ho99o9/Moon Duo

Quoi ? Deux groupes ? Oui, l'enchaînement parfait et surtout le contrepoint idéal à la Main Stage qui propose à cet instant précis Bear's Den suivi de Mumford and Sons. L'occasion pour tous les déchaînés et autres amateurs de pogos de converger vers la scène plus intimiste du "Lift" pour perdre la raison sur le punk brutal de Ho99o9 puis le rock'n'roll teinté de stoner de Moon Duo.

Samedi 19 août, 19h50 puis 21h50 @ Lift



Paul Kalkbrenner presents "Back to the future"

Superstar des dancefloor, le DJ berlinois avait élargi sa palette et adapté ses productions pour coller aux Mainstage des festivals, ces dernières années. Conscient de son évolution, l'ami Paul revient avec trois mixtapes non-commercialisées baptisées "Back To The Future" et la volonté de proposer à nouveau le son de ses origines. Le tout joué pendant 2h30 dans la Boiler Room... Un immanquable.

Samedi 19 août, 22h30 @ Boiler Room