Musique / Festivals Jacques Duvall retrouve "sa" Lio pour de nouvelles aventures musicales. Ensemble, ils ressuscitent la légende brésilienne Caymmi. Ambiance bossa et sable fin.

C’est une affaire qui roule depuis belle lurette. Une idylle artistique qui perdure et traverse les années avec insouciance. Dès son premier album éponyme, "Lio" en 1980, Vanda Maria Ribeiro Furtado Tavares de Vasconcelos chante les mots écrits par Jacques Duvall et les fait danser en cadence. Mais leur première intersection eut lieu un rien plus tôt.

"On se connaît depuis mes 8 ans. Jacques est un ami de mes parents. La première rencontre, ça devait être lors d’un dîner, chez nous à la maison." Duvall confirme : "Oui ça doit être ça… Le début de la connivence artistique par contre, c’est plus tard et plus net pour moi. C’était au Café du Coin, rue des Eperonniers à Bruxelles. Un repère de punks, d’artistes alternatifs et de personnages à crête verte avec des épingles à nourrice plantées dans la joue qui en avaient fait leur QG. Un troquet que tout le monde évitait quand même d’un large détour, et où j’aperçois un soir Vanda, fille de mes amis Alberto et Helena, entrer d’un pas décidé du haut de ses 14 ans. Et, là, je me dis, c’est quand même une spéciale celle-là…"

(...)