Musique / Festivals

Le 16 août 1977, Elvis disparaissait et laissait des millions de fans orphelins. Quarante ans plus tard, la légende du King est intacte, et ses tubes toujours éternels.



Heartbreak Hotel

Ce fameux hôtel des cœurs brisés… L'un des rares morceaux pour lequel Elvis Aaron Presley est crédité en tant que co-auteur. C'est en tout cas ce que raconte l'histoire officielle. L'autre version fait allusion à son guitariste Tommy Durden et à la plume d'une jeune institutrice nommé Mae Boren Axton. La chanson est inspirée d'un article du Miami Herald Tribune relatant le suicide d'un homme qui s'est donné la mort en sautant de la fenêtre d'un hôtel, ne laissant derrière lui que cette ultime note glaçante : "I walk a lonely street". ("Je marche dans une rue solitaire"). Elle fut enregistrée à Nashville en janvier 1956. Ce fut le premier titre du King – d'une longue série – estampillé RCA Records, et son premier hit a dépasser le million d'exemplaires vendus. Parmi les reprises connues de ce morceau, citons celle du Velvet Underground et celle du duo Leon Russel/Willie Nelson.



Hound Dog

Il s'en vendit à l'époque plus de dix millions d'exemplaires dans le monde, un record absolu pour Elvis. Et il resta onze semaines au sommet des charts américains. Mais, si c'est la version que le King enregistra en juillet 1956 qui fit de "Hound Dog" le tube éternel que l'on sait (plusieurs fois sacrée au Rock'n'Roll Hall of Fame), une autre voix et un duo de plumes mythique se cachent derrière cette chanson. Il s'agit du tandem formé par Jerry Leiber & Mike Stoller, auteurs et compositeurs d'une flopée de tubes des 50's et 60's, et responsables de bien des succès d'Elvis ("Jailhouse Rock", "Loving You", etc.). Ecrit en 12 minutes, le morceau (l'histoire d'une femme tentant de se débarrasser d'un gigolo) fut d'abord interprété par la chanteuse de blues Willie Mae Big Mama Thornton à l'été 1952. Il en existe aujourd'hui plus de 250 versions.



Can't Help Falling in Love

Celle-ci fut écrite pour la bande-originale d'un des nombreux films dans lequel Elvis Presley tenait le rôle principal : "Blue Hawaii". Il y interprétait le rôle d'un jeune militaire, Chadwick Gates, de retour de l'armée vers son Hawaii natal. Très populaire, le morceau est rapidement devenue un hit du King, qui avait pris l'habitude de l'interpréter en rappel sous les cris stridents des jeunes filles en fleur et en pâmoison. C'est un classique de la chanson française du 18e siècle, "Plaisir d'amour" de Jean-Paul-Égide Martini, qui en nourrit l'inspiration première. Il fut maintes fois repris, par U2, Bob Dylan, mais surtout les Britanniques de UB40, dont la version reggae est désormais aussi connue que l'originale.



A Fool Such As I

Elvis fit son succès grâce à des hits qu'il n'avait quasiment jamais écrit. Il fut aussi l'un des artistes les plus repris. Enfin, dans son répertoire, on trouve également quelques jolies reprises. Tardive, son interprétation de "A Fool Such As I" fut enregistrée en 1970. Un titre emprunté au grand Hank Williams, chantre country venu du pays de l'érable, auquel le King vouait une admiration sans borne. Initialement publié en tant que face B d'un autre 45T ("I Need Your Love Tonight"), "A Fool Such As I" remporta très vite les suffrages populaires et fut finalement plus rentable que sa face A.