Musique / Festivals La Belgique détient depuis quelques années le record européen du nombre de festivals musicaux par habitant. Chaque commune, chaque champ, chaque place de village et même chaque cour d’école constituent désormais un terrain de jeu potentiel pour musiciens. Face à la montée en puissance de ce phénomène, certains n’hésitent pas à évoquer une “festivalisation” de la culture, ou à tout le moins de la musique live, que les plus jeunes consomment de plus en plus de façon boulimique.

© Stéphanie Lecocq


Le critère de sélection n’est plus nécessairement l’artiste, mais l’offre globale, l’ambiance générale, voire l’identité des festivals qui ont tout intérêt à se spécialiser pour tirer leur épingle du jeu. Dans cette offre surabondante, on retrouve donc de tout : des grosses machines bien chères, des rassemblements familiaux, des programmations pointues et bien entendu des festivités multi-genres. Car le festival n’est plus uniquement une ode à la musique et à la fête, c’est également un outil marketing, un instrument politique, une arme de revendication sociale, et surtout un business qui roule.

Pour vous aider à vous retrouver dans cette armée de festivités, Let it Sound vous propose tout au long de la semaine une petite classification par profil de festivalier. Ce lundi, le fan de rock.

Le rockeur


Les temps sont durs pour les amateurs de rock’n’roll. Hormis le Roots&Roses et le Graspop, très peu de festivals font encore le choix de se consacrer intégralement au genre. Quiconque veut de la guitare, de la batterie et du pogo doit donc s’orienter vers les “mastodontes” comme Rock Werchter, les seuls à être capables de payer les cachets exhorbitants des derniers grands (Radiohead, Arcade Fire), des stars de la bande FM (Foo Fighters) et des légendes du passé (System Of A Down, Blink 182). Mais cela implique de composer avec les innombrables artistes pop et electro qui figurent également à l’affiche. Les véritables amateurs de blousons de cuir et de vestes en jeans prendront davantage de plaisir en début de journée, avec les shows électriques de Blues Pills, Seasick Steve, Thurston Moore, the Kills et l’infatigable Mark Lanegan.



Les groupies des très vieilles gloires trouveront quant à elles leur bonheur au Suikerrock qui propose cette année des shows de Status Quo et Iggy Pop sur la sympathique grand-place de Tirlemont. Restez toutefois vigilants car Zucchero (oui, oui LE Zucchero) traîne lui aussi dans les parages et pourrait se frayer un chemin jusqu'à vos oreilles sensibles. De l'autre côté de la Flandre, les très éclectiques "Lokerse Feesten" programment de leur côté les Pixies, Marilyn Manson, Megadeth, Alice Cooper ou encore Ben Harper durant la première quinzaine du mois d’août.

© Reporters


Reste, le Pukkelpop. De plus en plus commerciale et donc de moins en moins alternative, la grande fête aoûtienne de Kiewit a tout de même le bon goût de programmer quelques-un des meilleurs représentants du rock indé actuel: Ty Segall, Parquet Courts, les Black Lips, At The Drive-In... Et quelques valeurs sûres comme PJ Harvey. Même si tout cela reste assez maigre au regard de l'offre électronique. Sans oublier, enfin, les festivals plus "durs", comme le Ieperfest ou Alcatraz, qui témoignent de l'excellentissime santé du métal, punk, hardcore et autres joyeusetés de niche.

Courage, amis rockeurs!

A suivre: Le fan de hip hop (mardi), le clubbeur (mercredi), le citoyen du monde (Jeudi), le mélomane indé (vendredi), "j'écoute un peu de tout' (samedi) et le jazzman (dimanche).