Musique / Festivals Après 60 ans de carrière et près de 1.100 chansons enregistrées, la gestion des titres risque bien de devenir un juteux marché pour ses anciennes maisons de disques.

Outre les albums traditionnels, on ne compte plus les éditions spéciales, compiles et autres produits musicaux dérivés. A l'approche des fêtes, l'impact risque bien d'être encore plus grand. Avec une telle carrière, il ne serait pas étonnant de voir ses anciens labels, notamment Universal par qui Johnny est passé de nombreuses années, s'approprier la mort du chanteur.

En effet, en 2004, le rockeur a mis fin à son contrat le liant à Universal pour se tourner vers Warner, rappelle le Huffington Post. La maison de disques n'a cependant pas perdu le nord puisqu'à la sortie de son album Jamais seul en 2011 avec ses nouveaux producteurs, Universal en a profité pour sortir une Collection Officielle du rockeur. Au total : 50 disques mis en vente. Il ne faudra donc pas attendre longtemps pour que les deux concurrents surfent sur la vague des hommages.

En quittant son ancienne maison de disque, Johnny Hallyday a tenté de récupérer les droits sur tous ses enregistrements. Problème : la cour de cassation lui a donné tort perdant ainsi la main sur plus de 1.000 titres, selon le Huffington Post.

Warner ne restera certainement pas non plus sur le carreau puisqu'elle a enregistré sept albums avec le chanteur. Une petite série qui lui permettrait de sortir dans les bacs des CDs posthumes. Et c'est sans compter les albums 'live' qui représentent de vraies pépites d'or remodelables à souhait.

Et Laeticia dans tout ça ? Les clauses des contrats ne sont pas encore connues ni les désirs du chanteur. Sa cinquième femme s'était montrée une manageuse hors pair. Selon Le Figaro, "les différentes entreprises sont depuis longtemps au nom de la grand-mère paternelle de Laeticia, Elyette Boudou, surnommée affectueusement 'Mamie Rock' par Johnny". La veuve de la légende pourrait donc peut-être bien avoir son mot à dire.