Musique / Festivals La chanteuse pop américaine Lana Del Rey a annoncé dimanche que le groupe de rock anglais Radiohead avait entamé des poursuites judiciaires à son encontre, afin d'être crédité sur une de ses chansons aux ressemblances troublantes avec leur titre culte "Creep". La chanteuse de 32 ans réputée pour ses envolées mélancoliques a assuré qu'elle n'avait pas été inspirée par le morceau sorti en 1992. Mais "Get Free", chanson finale de son dernier album "Lust for Life", débute avec des accords de guitare pratiquement identiques, sur le même tempo régulier, et un chant similaire.

La rythmique et les refrains des deux morceaux évoluent ensuite différemment. "Creep" s'emballe et assène des riffs de guitare électrique, là où "Get Free" privilégie l'ambiance aérienne et embrumée typique de la chanteuse californienne. Mais le lien entre les deux compositions est très clair dès le retour du refrain.

Après sa révélation par le tabloïd britannique The Sun, Lana Del Rey a confirmé l'ouverture d'une procédure judiciaire, affirmant qu'elle avait proposé un compromis mais que le groupe anglais désirait être crédité pour l'oeuvre entière. "J'ai offert jusqu'à 40 (pour cent des revenus NDLR.) ces derniers mois, mais ils n'en accepteront que 100", a-t-elle déclaré sur Twitter. "Leurs avocats se sont montrés implacables, alors nous allons régler ça au tribunal", a-t-elle ajouté. Contacté dimanche en fin de journée, le porte-parole de Radiohead n'a pas désiré s'exprimer.

"Creep" est le premier single de Radiohead. Sorti en 1992, il a immédiatement propulsé le groupe originaire d'Oxford dont la popularité n'est jamais retombée depuis lors, même si Thom Yorke et compagnie ont évolué vers un son beaucoup plus expérimental, et ne jouent "Creep" que très rarement en concert.

Pas une première

Il est par ailleurs intéressant de noter que le morceau avait déjà fait l'objet d'accusations de plagiat… contre Radiohead, il y a quelques années. Le groupe avait été accusé en 1974 par le groupe "The Hollies" de s'être inspiré un peu trop librement du titre The Air That I Breathe, composé par Albert Hammond. À l'époque, ses membres avaient reconnu les faits et accepté qu'Albert Hammond et Mike Hazlewood soient crédités sur l'album "Pablo Honey". Leur octroyant au passage, une partie des royalties de "Creep".


Plus globalement, l'industrie musicale est le théâtre d'un certain nombre de controverses autour de la propriété intellectuelle des chansons, ces dernières années. Le chanteur anglais Sam Smith s'est vu contraint d'ajouter Tom Petty aux crédits de sa chanson "Stay with me", à cause de ressemblances entre cette ballade et de la chanson de l'Américain "I won't back down". En 2015, un jury populaire avait déjà décidé d'attribuer aux héritiers de Marvin Gaye 7 millions de dollars, après avoir jugé la chanson de Pharrell Williams et Robin Thicke "Blurred Lines" directement inspirée sur hit soul "Got to Give It Up".