Musique / Festivals

De beaux spécimens cette année sur la scène des Victoires de la musique, représentants d'une chanson française qui refuse de se prendre trop au sérieux.

La chanteuse Camille s'est bien sûr fait remarquer. Elle commence par se gribouiller la joue et c'est à force de bruits de bouche et de grimaces qu'elle interprétera sa chanson «Prendre ta douleur». Nominée quatre fois, elle remporte deux victoires de manière assez attendue. Le trophée du meilleur album révélation et celui de l'artiste révélation de l'année, mais aussi celui des remerciements les plus originaux: un intermède musical, ou plutôt une suite d'onomatopées et de cris. Les présentateurs finissent par faire eux-mêmes la traduction: «Camille vient de nous dire combien elle est touchée».

La chanteuse Anaïs ne passe pas non plus inaperçue. Habillée d'un kilt écossais et imitant l'accent du même nom, elle termine sa chanson en mini-short avec un tee-shirt «I love Laurie». Le groupe de Philippe Katerine n'a rien à lui envier. Accoutrés de slips vert fluo, de cols roulés roses et d'une perruque blonde, ses musiciens se trémousseront sur la chanson qui a fait danser dans les soirées branchées parisiennes: «Louxor j'adore». On ne peut pas en dire autant du public docile du Zénith. En tout cas, pas de récompense pour ces deux originaux au style et à la musique décalée.

Peu de surprises

Lorsqu'Alain Souchon fait remarquer, en direct de son concert à l'Olympia, que les Victoires de la musique «ne font pas cas du succès commercial et permettent de découvrir des artistes qui ne vendent pas beaucoup», on se demande s'il se moque de nous ou si le fait d'être en duplex lui a fait perdre la raison.

Camille et le chanteur Raphaël étaient les deux grands favoris de cette compétition. Notons que celui qui a remporté le trophée de la meilleure chanson originale, du meilleur auteur compositeur et du meilleur interprète masculin pour son album «Caravane», fait aussi partie des dix meilleures ventes de disques en 2005 aux côtés de Johnny Hallyday et de Madonna.

Pas non plus étonnant de retrouver Amel Bent élevée au rang de meilleure artiste révélation du public. La jeune chanteuse fait partie des artistes les plus longtemps classés en 2005. Quant à Camille, son album était modestement à la douzième place des ventes la semaine de sa sortie.

Mais la scène des Victoires de la musique n'en reste pas moins un lieu où les artistes semblent pouvoir s'exprimer.

Entre deux chansons, une délégation d'artistes a exprimé ses revendications sur le problème des intermittents du spectacle. On note aussi l'intervention du groupe Louise Attaque remportant le trophée du meilleur album pop-rock: «longue vie à Charlie Hebdo et vive la liberté!» Emilie Simon, récompensée pour sa musique du film «La marche de l'empereur», en profite, elle, pour dénoncer le système actuel. Sa musique ne sera pas conservée dans la version américaine du film.

Mais aussi des moments émouvants, tels que la remise du prix du meilleur DVD musical au groupe Noir Désir. Un des musiciens parle d'une récompense qui «résonne de manière spéciale» ; il remercie un public qui est resté fidèle et exprime sa colère contre «une presse poubelle irrespectueuse».

© La Libre Belgique 2006