Musique / Festivals

Dans son dernier clip, Roméo Elvis accouche de lui-même, originairement homme-reptile traqué par un homme que l'on pourrait imaginer chasseur. Le titre "l'Amour avec des crocos" y est illustré par des scènes surréalistes, quelque peu déroutantes.

Alors qu'un technicien de surface écoute tranquillement le nouveau morceau du rappeur belge, l'interprète apparaît en reptile sortant d'une toilette. En introspection dans sa tête, nous nous faisons bousculer dans un club à travers les yeux du Bruxellois. Après s'être fait éjecter de la fête, il se retrouve dans la nuit noire et se fait tirer dessus. On se retrouve 24 ans plus tôt, à sa naissance, prise en charge par un Philippe Katherine chirurgien. Il devient sa propre mère et le morceau est lancé.


Réalisé par Lenny Grosman et Nicolas Catalano du collectif Straussphère, le clip s'inscrit dans l'opération de marketing visuel entrepris par le rappeur. Ce court-métrage, grand par son originalité et son aboutissement, suit de peu un concept décalé lancé par Roméo Elvis. Avec "Ah t'es là toi", il publie une critique parodique d'émissions telles que "On n'est pas couché". Il s'y met en scène en jouant son propre rôle aux côtés de Jérôme Niel connu pour ses tutos quelque peu décalés et Panayotis Pascot révélé par Le petit journal.

La réputation des artistes tient aussi de leur image. Tant par le merchandising et la vente de t-shirts à son effigie que par la vidéo, Roméo Elvis fait de sa personne une marque. Et ça marche.