Musique / Festivals La vie du peintre est mise en exergue au château de la famille de Merode.

Quand le grand, l’immense Rubens fait escale au château de Westerlo chez les Merode… Jamais deux sans trois : pour la troisième fois depuis 2014, la prestigieuse tête de pont campinoise de la célèbre famille princière accueille un spectacle d’Historialia.

Et pour cause : cette association qui vise à mettre en exergue notre patrimoine culturel et historique est pilotée par l’actuel occupant de Westerlo, Simon de Merode entouré des Amis du château éponyme.

Son objectif ? Faire connaître l’Histoire par des spectacles musicaux qui allient le chant et la danse dans des mises en scène prestigieuses. Mais pas question de faire du Disney ou du Broadway - avec néanmoins tout le respect qu’on leur doit… - mais des spectacles complets et totaux qui tiennent la route sur le plan des faits, des événements… et qui offrent des plaisirs pour tous nos sens. Comparaison n’est pas raison mais on peut aisément comparer les spectacles d’Historalia à ceux d’un Robert Hossein outre-Quiévrain… ou à ceux qui se déroulent aussi bon an mal an en de hauts lieux de l’Histoire de France.

L’année du baroque à Anvers

Après deux focalisations très royales en 2014 et en 2016 avec la reine Marie-Antoinette et "notre" Albert Ier, c’est Pierre-Paul Rubens qui est au centre de l’édition 2018 dont la "première" a eu lieu le 17 août à guichets fermés.

Un choix à dessein, car Anvers est en pleine "Barokjaar" et on a mis le paquet sur les artistes d’alors et ceux d’aujourd’hui dans la grande Métropole flamande. Cette fois encore c’est Luc Stevens qui a coordonné ce spectacle "qui se veut encore plus spectaculaire et plus impressionnant sur le plan visuel".

Sur scène, on retrouve plus de 150 personnes, chanteurs, danseurs et figurants. Leurs noms ne sont certes guère connus en Belgique francophone mais le grand succès populaire des deux éditions précédentes garantit une qualité flamande certaine. Avec aussi une présence néerlandaise puisque les chorégraphies sont réalisées par la Haute Ecole artistique Fontys installée à Tilburg. La musique originale dont on souligne la dimension très film porte elle le sceau de Sam Gevers.

"Le Rubens qui est présenté en Campine raconte la vie intrigante d’un homme aux mille talents" précisent les organisateurs. "Tout démarre en fait chez Sotheby’s où l’on procède à la vente aux enchères du "Massacre de Bethlehem" que Rubens a peint entre 1610 et 1612. A travers le témoig age de deux collègues contemporains, on découvre l’existence passionnante de leur plus grand concurrent. D’abord de l’enfant talentueux, puis de sa rencontre en Italie avec sa grande source d’inspiration Michelangelo Mensi mieux connu comme Le Caravage avant de le retrouver à Anvers. Peintre officiel des archiducs Albert et Isabelle, Rubens se double d’un vrai diplomate. Mais le malheur ne l’épargne pas lorsque son épouse et son enfant sont frappés par la maladie". Le "musical" présente aussi l’architecte de talent mais aussi un polyglotte pur sang. Bref, une personnalité sans doute encore trop peu connue… Une belle occasion aussi de découvrir Westerlo et son château princier !


Le spectacle est joué au château de Westerlo à partir de 20h45 de ce mardi 21 au samedi 25 août et encore du mardi 28 août au samedi 1er septembre. Renseignements : historalia.be