Musique / Festivals

Le 10 décembre 2010, plus d'un an après la mort de Michael Jackson, sortait "Michael", un album posthume composé de 9 chansons. Le label Sony affirmait à l'époque que tous les titres étaient des inédits chantés par le roi de la pop en personne.

Sauf que, dès la sortie de l'album, trois morceaux ont suscité la polémique : "Monster", "Keep Your Head Up" et "Breaking News". Des membres de la famille du chanteur et des milliers de fans à travers le monde suspectaient que ces titres n'étaient pas chantés par Michael, mais par un imposteur. 

Afin d'en avoir le coeur net, Vera Servoa, une fan, a décidé de saisir la justice en 2014. 

Après quatre ans de procédure, les représentants du label Sony viendraient d'avouer en appel que les trois chansons incriminées avaient effectivement été interprétées par un imitateur. Un aveu qui ne dégonfle pas l'affaire pour autant puisque Sony affirme avoir été dupé par Eddie Cascio, le producteur de l'album, et par James Porte, l'auteur des chansons. 

La justice américaine a maintenant 90 jours pour évaluer la part de chacun dans cette histoire.