Musique / Festivals Le trompettiste de jazz américain, compositeur attitré de Spike Lee, se produira avec son groupe de groove à Flagey, ce jeudi 15 novembre.

Vous savez pourquoi la trompette est assez peu présente au cinéma ? À cause de cette plaie de saxophone" nous lançait Terence Blanchard dans un grand éclat de rire, lorsque nous le rencontrions à Gand, l’été dernier. "Je me suis toujours dit que j’allais mettre un terme à cette injustice et faire de la trompette l’instrument des scènes de sexe dans les films. Mais ça n’a pas encore marché (rires) . Le saxophone est présent dans pratiquement tous les films depuis les années 60, alors l’opération risque de prendre encore un peu de temps."

Du hard Bop à Spike Lee

À 56 ans, cet éminent représentant du hard bop, né et élevé à La Nouvelle-Orléans sous la houlette musicale du batteur Art Blakey, a tout du musicien hyperactif. Compositeur attitré des films de Spike Lee de "Jungle Fever" en 1991 à "Blackkklansman" sorti le mois dernier, Blanchard vient de boucler la composition de son deuxième opéra, passe sans cesse d’un genre musical à l’autre, et se produira à Bruxelles ce jeudi 15 novembre avec "son groupe de groove", le E-Collective, dont le jazz fusion lorgne allègrement du côté de la soul, du funk et du R&B.

"La musique est un langage, un outil que l’on adapte aux différentes situations, précise le trompettiste. J’utilise les mêmes procédés avec le funk du E-Collective que lorsque je compose pour le cinéma. Mais l’émotion que je veux faire passer est différente."

Ardent dénonciateur du racisme qui ronge encore et toujours les Etats-Unis, Terence Blanchard se voit avant tout comme un "performer", un musicien de live dont la musique résonne d’abord et avant tout sur scène, où il vient justement d’enregistrer un album avec le quintet susmentionné. Le reste, est à découvrir à Flagey ce jeudi 15 novembre.

Terence Blanchard and The E-Collective, Flagey, jeudi 15 novembre. Billets : 19-25€. www.flagey.be