Musique / Festivals

Ce jeudi, Les Ardentes 13e du nom démarraient comme d'accoutumée (mais plus pour lontemps) sur les bords de Meuse et sous un soleil radieux (qui lui par contre devrait s'installer pour le week-end). Et nous y étions.

+ TOP: Fait maison

Si, en terres liégeoises, le hip hop est roi depuis quelques années déjà, la production nationale est reine depuis les prémices, et les gentils organisateurs de la baboula musicale estivale de la principauté ont toujours mis un point d'honneur à mettre les talents noir-jaune-rouge en avant dans leur programmation. Cette fois encore c'est le cas, nos plus fines lames rap et les meilleurs élèves belges de l'année écoulée sont tous là, de Damso à Juicy en passant par Angèle, Krisy, Témé Tan ou encore l'éternelle paire d'as que forment JeanJass & Caba. En ce premier après-midi, le public ponctuel découvrait ainsi les trois d'Indocile, régionaux de l'étape plutôt doués lorsqu'il s'agit de manier la rime. On y retournera. La Belgique et son rap continue d'effervescer en tous cas.

© Elodie Ledure

+ Top: Kalash, première rafale

Juste entre la fin d'une après-midi chaude et un brin ronronnante et le début d'une soirée qu'allait décapsuler ce bon vieux Vald (ci-dessus) en toute décontraction, arrive un petit vent frais et un excellent rappeur français. Enième poulain de l'écurie du 92i et protégé du patron Booba, Kalash offre un profil assez singulier sur une scène rap hexagonale qui manque parfois cruellement de diversité. Un phrasé insulaire conjugué à une plume plutôt primaire et brute de décoffrage sur des prods aux gros biscotos doppées à l'infrabasse… Une formule qui lui permit de vendre des caisses de son par ailleurs très bon 4e album "Mwaka Moon" (sorti fin 2017). Dessus, ce tube du même nom, où le Français croise le vers avec l'incontournable Damso, et qui à l'époque de sa sortie pulvérisa l'ancien record de vues d'une vidéo YouTube en France (en détronnant "Despacito", mazeltof!). Efficace et plutôt détendue, la prestation de Kalash (ci-dessous) fut en tout cas notre premier plaisir du jour. En attendant le double effet kiss cool de la soirée : Damso/NTM.

© Elodie Ledure

+ Top: Votez Marley

Au risque de ne va pas se faire de nouveaux potes rastafaris cet été, nous allons l'avouer : la chose reggae en festival ne nous a jamais fait beaucoup vibrer. Si ce n'est peut-être en savourant un très bon cocktail à Couleur Café ou lors d'une pause courte mais salvatrice au Dub Corner dourois. Du coup, l'arrivée sempiternelle et presque rituelle d'un membre du clan Marley sur les planches ne semblait pas susceptible d'infirmer ce vil aveu, loin s'en faut. Mais Damian est sans doute le plus intéressant descendant du roi Bob en matière de notes ensoleillées. Et très vite, le "Gong" nous a cueillis. Sans la faire trop suer, notre hôte et sa joyeuse bande de tontons à dreadlocks ont fait chalouper le public souriant pressé au pied de la grande scène des Ardentes. Le groove avant l'uppercut. On ne l'aurait pas parié, mais c'était exactement ce qu'il nous fallait.