Musique / Festivals
Nous étions à Tomorrowland ce samedi, voici ce que nous avons aimé et ce qui a nous franchement lassés.

Top : les DJ's du début de journée

Tomorrowland commence tôt. En tout début d'après-midi, la plupart des festivaliers gobe encore des dafalgans dans le camping quand les premiers DJ's montent sur scène, où ils font bien souvent face à un parterre à moitié vide. Respect, donc, pour ces initiateurs de fête qui jouent le jeu à fond sans nécessairement avoir le retour attendu. À l'image de Paul Thomas qui nous a délivré une belle petite house dansante sur la "Tulip Stage", ou le délicat "DJ Jan" chargé d'inaugurer le podium "Bonzaï Records" à 13h.

Top : la scène Q-Dance et le Hard Style

C'est sans doute l'un des sous-genres de musique électronique les plus tendances du moment. À des années lumières de la finesse de la techno, mais moins lassant que l'EDM grand public (euphémisme), le Hard Style a le mérite d'assumer pleinement son rôle : faire sauter l'assistance dans une sorte de grand défouloir collectif. Ce samedi, la scène Q-Dance est intégralement dédiée au genre et permet à tous les fanatiques de la salle de gym qui ont raté leur cours de cross fit de venir brûler leurs graisses en levant le poing en l'air. Tout cela n'est pas finaud, mais pour l'ambiance il n'y a rien de tel, à l'image du set donné par les poètes de Sound Rush sur le coup de 14h. Les mecs sont deux, mais un seul des DJ's mixe, pendant que son compère s'amuse à faire le tri des drapeaux envoyés sur scène, et que leur MC relance constamment le public.

Top : Patrice Bäumel ou la finesse dans ce monde de brutes

Le parc de Boom est en permanence soumis à un nombre incalculable de basses. Tout cela fait du bruit, partout et tout le temps. Chaque DJ tente d'attirer l'attention en tapant le plus fort possible, et tout cela donne doucement l'impression d'avoir la tête coincée dans un étau. À force d'asséner des coups de marteau, les sets tournent parfois à vide. Quand l'Allemand Patrice Bäumel fait son entrée dans le petit bois sur la scène "Core", on ressent donc à la fois un sentiment d'excitation et de délivrance. Sa house est progressive, intelligente, et embarque le public dans une subtile montée en puissance. De loin le meilleur set musical de la journée, avant d'attaquer Mind Against, Recondite, Tale Of Us, Dixon, Armand Van Helden, 2 Many DJ's et Fatboy Slim.