Musique / Festivals Nous étions sur la plaine de Werchter ce samedi après-midi. Voici quatre groupes et artistes qu'on a aimés. Eh ouais, il n'y avait pas grand-chose à jeter.

TOP : Angèle gère la pression

La Bruxelloise semblait stressée au moment de monter sur la scène du Barn drapée d'un maillot des Diables. Elle n'a pas eu trop le choix que de finalement se lâcher lorsque l'ordi du groupe a buggué. "What's The Fuck" a-t-elle instinctivement balancé avant de vite enchaîner pour meubler. Sa technique maligne : expliquer aux Flamands la définition de la loi de Murphy. Ces derniers l'ont acclamée et elle a vite enchaîné.

© GUILLAUME JC

Devant un public assez jeune, Angèle n'a pas pu compter sur l'aisance de celles qui ont fait des centaines de concerts, elle a parfois du mal à occuper la scène. La chanteuse a donc misé sur son peps pour finir par convaincre Werchter au forceps et grâce à sa faculté à maîtriser l'anglais et le flamand, sa joie communicative, sa voix sans fausse note, et la qualité de ses zicos. Les désormais classiques "Je veux tes yeux", "La loi de Murphy", "La Thune" ont été appréciés.


Elle a en profité pour tester un nouveau titre ("Flou") qu'elle a composé il y a seulement trois semaines. Le thème : l'angoisse de la célébrité. Angèle va devoir s'y habituer. Demain, c'est son frère, le rappeur Roméo Elvis, qui prend le relais. La fratrie, réunie à Werchter, 36 ans après leur père. Qui dit mieux ?

TOP : Le show très carré de MGMT

Le talent musical des hipsters de Brooklyn n'est plus à prouver. Avec leur pop psyché et leurs quatre albums (Oracular Spectacular, Congratulations, MGMT et le dernier Little Dark Age), ils ont mis depuis belle lurette une bonne partie du public dans leur poche. A la base, on n'avait qu'une seul peur : qu'ils n'arrivent pas à reproduire en live la qualité de ces derniers. On leur a souvent reproché. On a vite été rassuré.

Musicalement, cette après-midi, les Américains étaient très propres. Tout était parfaitement rodé. Ils ont choisi "Time to pretend" pour débuter et c'était une bonne idée car le public flandrien a vite adhéré. La masse du Barn s'est déchaînée sur les cartons qu'ont été "The Youth", "Electric Feel" ou encore "Kids" à leur sortie en 2008.


MGMT a aussi visé juste en incorporant dans leur setlist les quatre meilleurs titres du dernier opus. "Little Dark Age", "When You Die", "She works out too much" et "Me and Michael". Cette chanson dansante très 80' aurait d'ailleurs bien eu sa place dans la BO du film "Call me by your name".

Le groupe a offert aussi un show visuel délirant avec un renne aux cornes rouges gambadant dans un décor urbain de jeu vidéo, une plongée perchée dans un océan de globes oculaires, des images anciennes de joutes médiévales animées sur le magnifique "The Youth", une boule à facette sur "Me and Michael", des chants d'oiseau et panorama de photos de fleurs et de fruits pendant "Electric feel" ou encore une vidéo d'aérobic très kitsch sur "She Works Out Too Much".

© JC GUILLAUME

Andrew VanWingarde et Ben Goldwasser ne seront jamais des harangueurs de foule mais ils ont réussi à chauffer le public qui a sauté et bougé comme jamais depuis hier.

TOP : "Un oui" pour Millionaire et Jorja Smith

On retiendra aussi les concerts de Millionnaire et celui de Jorja Smith. Le groupe belge de Tim Vanhamel (ex dEUS, Eagles of Death Metal) a réussi son come-back avant un set bien sale. Quelle énergie les rockeurs belges ont mis... Dans un autre style, on a adoré la présence et la classe de la nouvelle révélation de la soul britannique Jorja Smith. Vous y étiez ? Vous avez aimé ? Cela tombe bien, celle qui a tapé dans l’œil de Drake, devrait sortir son album à la fin de l'été.

© GUILLAUME JC

La qualité de la prog' était au rendez-vous ce samedi après-midi, bien plus en tout cas que celle du vendredi. Et ce n'est pas fini. Jack White s'apprête à monter sur scène. Plus tard dans la soirée, le concert de Pearl Jam est sans doute plus attendu que tous les autres.