Musique / Festivals

Namur, Théâtre royal, le 21 décembre. Liège, Salle philharmonique, samedi 22 décembre à 20h. Bruxelles, Palais des Beaux-Arts, dimanche23 décembre à 20h. Tél. 070.233.939.

L'Orchestre philharmonique de Liège et le Choeur symphonique de Namur célèbrent Noël avec Mozart: la réputée et énergique `Symphonie n°40´ du compositeur se situe dans ses dernières années; `La Grande messe en ut mineur´ demeure mystérieusement inachevée, chef-d'oeuvre de la musique religieuse sur lequel plane l'ombre de Constance.

`Nul n'a commandé à Mozart d'écrire la messe en ut mineur, sinon son amour pour Constance...´, écrit Marie-Françoise Vieuille; et il est effectivement certain que le `Christe´ et le `Laudamus´, typiques de la tessiture et des moyens vocaux de Constance, ont été composés à son intention. Mais il est d'autres inspirateurs à ce chef-d'oeuvre: Bach, bien sûr, mais aussi les grands maîtres du XVIIIe italien, de Scarlatti à Porpora ou à Durante, transfigurés dans la langue musicale de Mozart.À la barre de l'OPL, Louis Langrée, directeur musical de l'orchestre, s'entoure de quatre solistes de tout premier plan: l'américain Kenneth Tarver dont le répertoire de ténor lyrique comprend tous les grands rôles mozartiens, Belfiore, Belmonte, Don Ottavio, Ferrando, Tito, Tamino... Et trois artistes belges de la nouvelle génération: la soprano Sophie Karthäuser que l'on écoutera, d'ici peu, dans l'Orfeo de Monteverdi à la Monnaie; la soprano Céline Scheen qu'on a pu entendre récemment aux côtés de José Van Dam ou encore dans le film de Gérard Corbiau `Le Roi danse´; ainsi que la basse Roger Joakim, lauréat du Concours de Verviers, voix superbe et naturelle musicalité, familier des concerts autant que de l'opéra, notamment l'Opéra royal de Wallonie où il est régulièrement invité.

© La Libre Belgique 2001